Accès rapides :

Chutes de plain-pied

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Chutes de plain-pied
  4. Evaluation des risques (rubrique sélectionnée)

Evaluation des risques


L’évaluation des risques a pour but d’identifier les situations propices au risque de chutes de plain-pied, de manière à définir des actions de prévention permettant de traiter au mieux les causes et contextes favorables à la survenue des accidents.

Si l’implication des salariés dans l’évaluation des risques est toujours préconisée, elle est particulièrement nécessaire s’agissant des chutes de plain-pied. Les causes de ces accidents sont rarement manifestes et leurs circonstances de survenue sont étroitement liées au contexte global des tâches à réaliser. En interrogeant les opérateurs, il est possible d’identifier les situations à risque les plus fréquentes.

Il s’agit de recueillir auprès des salariés les difficultés rencontrées dans leurs déplacements, les contraintes d’espace lors des manipulations d’objets, leur mobilité liée à l’utilisation d’équipements… La mise en évidence de certaines situations accidentogènes permet également de les sensibiliser au risque de chutes de plain-pied de manière réaliste ; elle favorise l’identification d’autres situations à risques par les autres salariés.

Cette démarche doit être globale et ouverte. Elle peut néanmoins s’appuyer sur 3 axes de réflexion:

  • L’espace de travail : zones limitant le mouvement, déplacement nécessité par les tâches, sols pollués glissants, espaces encombrés…
  • L’ambiance physique : ambiance diminuant les capacités de concentration ou de réaction au risque (bruit, éclairage, température…),
  • Les tâches et l’organisation du travail : interférences entre activités, activités simultanées (tâches de contrôle / tâches de fabrication…), urgence, déplacements évitables…


La réflexion concerne également les espaces extérieurs, y compris en dehors de l’enceinte de l’entreprise dès lors que les salariés ont à y évoluer pour leur activité. Les situations « exceptionnelles » sont également à traiter : interventions hors production (maintenance, nettoyage, livraison…), surcharges ponctuelles d’activité…


L’analyse systématique des accidents et des presqu’accidents liés aux chutes de plain-pied est un autre élément important. Elle doit s’inscrire dans le cadre d’une démarche continue et itérative. Elle permet de mieux comprendre et de mieux percevoir la complexité de ces accidents mais également de rendre plus visible les combinaisons des facteurs impliqués, dont des facteurs environnementaux et organisationnels.

Il s’agit par exemple d’apporter des réponses aux questions suivantes :

  • « Dans quelles circonstances ces accidents se produisent-ils ? »,
  • « Y a-t-il des métiers qui sont plus touchés ? »,
  • « Quels sont les moments, les endroits, les situations de travail qui sont plus propices à leur survenue ? »,
  • etc.


Cette analyse participative, menée sur des exemples concrets permet de prendre en compte les spécificités de l’entreprise, enrichit la démarche d’évaluation et favorise la sensibilisation des salariés.


Les résultats de l’évaluation des risques doivent être transcrits dans le document unique (article R. 4121-1 du Code du travail). Au-delà du respect de l’obligation réglementaire, ce document doit permettre à l’employeur d’élaborer un plan d’action définissant les mesures de prévention appropriées aux risques identifiés. Ces actions seront spécifiques aux situations de travail et donc à chaque entreprise.

Pour en savoir plus 
Mis à jour le 12/04/2016