Acces rapides :
Dossier :

Champs électromagnétiques

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Champs électromagnétiques
  4. Sources d’exposition aux champs électromagnétiques (rubrique sélectionnée)

Sources d’exposition aux champs électromagnétiques

Classer pour mieux prévenir

Les environnements de travail peuvent être classés en 3 catégories, selon l’importance des champs électromagnétiques présents (générés par les équipements ou les procédés de travail). Cette classification permet de simplifier la procédure d’évaluation des risques que doit mettre en place l’employeur. Elle permet d’adapter les mesures de prévention à mettre en œuvre.

En l’absence d’autre référence publiée, il est proposé de se reporter à la classification des sources d’exposition aux champs électromagnétiques élaborée par le ministère néerlandais des Affaires sociales et de l’Emploi. Cette classification est également citée dans la norme française « Procédure pour l’évaluation de l’exposition des travailleurs aux champs électromagnétiques » (NF EN 50499).

Selon cette classification, les environnements de travail peuvent être classés en 3 catégories. La catégorie à laquelle appartient un environnement de travail devient le point de départ de la procédure d’évaluation des risques que doit mener l’employeur.
 

Le fait d’identifier à l’avance la catégorie à laquelle appartiennent les environnements de travail permet de simplifier la procédure d’inventaire et d’évaluation des risques :

  • Pour la catégorie I, aucune mesure ne s’impose, bien que la réduction des expositions soit une obligation permanente pour l’employeur.
  • La catégorie II est subdivisée en IIa et IIb. Seules quelques instructions sont nécessaires pour les environnements de catégorie IIa (respecter les distances de sécurité, par exemple). Pour la catégorie IIb, des mesures techniques s’imposent (blindage de la source de rayonnement ou du local, affichage des consignes de sécurité…).
  • La catégorie III inclut tous les environnements de travail nécessitant des mesures importantes (réorganisation du lieu de travail, par exemple).

Les 13 environnements de travail figurant dans la classification des sources d’exposition aux champs électromagnétiques

  • Installation et maintenance (catégories I, II et III)
  • Détection d’objets et de personnes (catégories I et II)
  • Chauffage par pertes diélectriques (catégories II et III)
  • Production et distribution électrique (catégories I et II)
  • Processus électrochimiques (catégories II et III)
  • Chauffage à induction (catégories I, II et III)
  • Soudage (catégories I, II et III)
  • Applications médicales (catégories I, II et III)
  • Séchage par micro-ondes (catégorie II)
  • Applications à la recherche (catégorie II)
  • Systèmes de transport et de traction (catégories I et II)
  • Emetteurs (catégories I, II et III)
  • Autres environnements de travail (catégories I et II)

Cette classification proposée en pièce jointe n’est pas exhaustive et elle est donnée à titre indicatif. Elle tient compte des sources les plus courantes et de leur utilisation habituelle. Elle liste également les environnements de travail réputés donner lieu à une exposition acceptable a priori.

Pour les équipements industriels, il est conseillé de se reporter à une étude de l’INRS qui recense 8 familles d’équipements susceptibles d’émettre des champs électromagnétiques importants : le soudage par résistance, les magnétiseurs, le chauffage par induction, la magnétoscopie, le soudage par pertes diélectriques, l'électrolyse, l'imagerie par résonnance magnétique, les micro-ondes.

Plusieurs situations d’exposition professionnelle possibles aux champs électromagnétiques
Pour en savoir plus
Mis à jour le 14/01/2015