Acces rapides :
DOSSIER :

Risques liés à l’activité physique

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Activité physique
  4. Facteurs de risque (rubrique sélectionnée)

Facteurs de risque


Pour une tâche donnée, l’astreinte d’un travailleur varie notamment en fonction de son âge, de son genre, de ses capacités physiques et de son état de santé, de l’environnement physique, psychosocial et organisationnel.

L’âge

L'altération des capacités fonctionnelles des travailleurs âgés n'est pas un déterminant majeur puisque les capacités de force des travailleurs diminuent relativement peu dans les plages d'âge de l'activité professionnelle. Cependant, même si les problèmes de santé sont rares, avec l'avancée en âge apparaissent des troubles locomoteurs liés ou non à la profession mais directement facteurs de handicap. Ainsi, l'expérience aidant, le nombre d'accidents du travail avec arrêt diminue avec l'âge, par contre, la durée des arrêts est deux fois plus longue chez les plus âgés par rapport aux plus jeunes. Ces durées traduisent des handicaps plus importants chez les plus âgés avec des retours au travail et des fins de vie professionnelle difficiles.

Le genre

Le genre est attaché à une division ancestrale entre le travail lourd pour les hommes et le travail léger pour les femmes. Même si dans certaines activités le travail lourd est réservé aux hommes, cette représentation n'a plus trop lieu d'être puisque par exemple dans le secteur du soin, majoritairement féminin, l'activité physique est considérée comme aussi dure que dans les métiers du bâtiment (DARES 2006).

Les capacités physiques, état de santé

Les capacités physiques et l'état de santé du travailleur déterminent son niveau d'astreinte physique pour réaliser un travail donné. Une attention particulière doit notamment être portée lors d’une reprise de travail après un arrêt long s’il s’agit d’un travail dur ou exécuté à la chaleur car le travailleur sera alors désacclimaté.

L’environnement physique

L’environnement de travail peut induire une augmentation des astreintes. L’espace de travail détermine les déplacements, les postures adoptées. La qualité du sol peut exposer le travailleur à des glissades, des chutes. Le froid favorise le développement de pathologies périphériques vasculaires (syndrome de Raynaud). La protection vestimentaire et le port d’EPI peuvent occasionner des gênes dans la réalisation de mouvements, devenir extrêmement contraignants à la chaleur et favoriser le développement d’irritations cutanées. Une attention particulière doit être portée dans le choix et l’entretien de ces protections notamment lors de durées d’expositions longues.

L’environnement psychosocial

Vécu de façon très variée par les travailleurs, l’environnement psychosocial englobe les déterminants perçus tels que les relations aux collègues, à la hiérarchie, la pression de la production (temporelle, qualitative, quantitative, ...), la reconnaissance sous toutes ses formes.... Les facteurs psychosociaux sont reconnus comme aggravant d’autres facteurs de risque pour provoquer des pathologies multifactorielles. Dans le cas des lombalgies, les facteurs psychosociaux sont reconnus comme jouant un rôle déterminant dans la chronicisation (Voir dossier risques psychosociaux).

L’organisation du travail

L’organisation du travail est un paramètre majeur de l'adaptation de l'activité physique au travail. Les prises d’information, les gestes et les postures pendant la tâche sont liés à l’organisation du travail. Celle-ci détermine la succession des tâches, la mise en place de pauses, la répartition des moyens humains, l’usage des outils…

Rythmes biologiques

Les rythmes biologiques font varier tous les paramètres physiologiques selon un rythme journalier (rythme circadien). Ces modifications rythmiques sont associées à des variations de la performance qui est plus faible la nuit et augmente au cours de la journée. L’Homme ayant une activité diurne, n’est pas adapté au travail nocturne. Le travail de nuit ou posté représente une agression pour l’organisme, supportée différemment selon les personnes.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 22/01/2015