Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Publications et outils
  3. Outils
  4. MiXie France
  5. Bisphénol A (rubrique sélectionnée)

Bisphénol A

Mise à jour : 12 novembre 2018

Substance revue par les experts de l'INRS

Généralités

Identification

  • CAS

    80-05-7
  • Synonyme

    • BPA
Fiches associées dans les autres bases de données

Valeurs limites d'exposition professionnelle (VLEP)

  • Nature

    réglementaire contraignante
  • VLEP-8h

    • 10 mg/m³
  • Mentions

    Allergie cutanée

Classifications

  • Mentions de danger CLP

    • H317
    • H318
    • H335
    • H360F
  • Catégories

    • R1B
  • DFG

    • Reprotoxique : C

Toxicocinétique et métabolites

Eléments de toxicocinétique

L’absorption du bisphénol A est rapide et importante après exposition orale et cutanée. Il est distribué dans les tissus, franchit la barrière placentaire et passe dans le lait maternel. Les métabolites sont majoritairement éliminés dans les fèces ; moins de 10 % sont éliminés sous forme inchangée (FT 279).

Métabolites

BPA glucuronide, principalement éliminé dans les urines chez l'homme (FT 279).

Effets toxiques

Classe toxicologique Effet toxique Conditions expérimentales
Sensibilisants Sensibilisation de la peau - dermatite de contact

Classification H317 (CLP)

Atteintes des voies respiratoires supérieures Irritation des voies respiratoires supérieures

Classification H335 (CLP)

 

RAR (2008)

-travailleurs, exposés à des poussières de BPA à 5 mg/m3 (TWA 8h)

irritation du nez et de la gorge

 

RAR (2008)

- rat, 170 mg/m3 pendant 6 heures

effets inflammatoires locaux, légers et passagers, observés au niveau du tractus respiratoire supérieur ;  
irritant sensoriel fort pour la souris et le rat avec des RD50 respectivement de 684 et 959 mg/m3

 

FT 279 (2018)

- rat, 10 et 50 mg/m3, 6h/j, 5j/sem pendant 13 semaines

50 mg/m3 : légère inflammation de l'épithélium olfactif nasal et hyperplasie de l'épithélium du tractus respiratoire, effets réversibles en 12 semaines (NOAEL = 10 mg/m3)

Atteintes oculaires Irritation des yeux

Classification H318 (CLP)

 

RAR 2008

- travailleurs, exposés à des poussières de BPA à 5 mg/m3 (TWA 8h)

plainte d'irritation des yeux

 

- chez les travailleurs, BPA utilisé dans l'industrie des résines époxy, solution à 5 % dans du diméthylsulfoxide ou du propylene glycol : 

sévères lésions des yeux

 

 

 

 

 

 

Atteintes oculaires Autres atteintes oculaires

Dossier d'enregistrement REACH (2013)

- lapin : opacité cornéenne, irritation de la conjonctive et de l'iris, chémosis observés dès la première heure et persistent jusqu'à 28 jours après l'exposition

Perturbateur endocrinien Effet perturbateur endocrinien

Le BPA a été identifié comme substance très préoccupante (SVHC) au titre de ses propriétés "perturbateur endocrinien" pour la santé humaine et l'environnement (REACH).

 

Atteintes du système reproducteur masculin Atteinte testiculaire

Classification H360F (CLP)

 

Li et al 2010, 2011

- 230 salariés exposés au BPA (plus de 284 témoins) dans des usines de production ou fabrication de résines époxy 

Différences significatives sur les fonctions sexuelles par rapport aux non exposés (érections, désir,…). Chez 218 volontaires/514 salariés : modification spermatique (diminution nombre, motilité, vitalité spz) en relation avec la teneur en BPA total urinaire

 

Wisniewski et al 2015

  1. - rats mâles, gavage, 5 ou 25 mg/kg pc/j de BPA pendant 40 jours (PND 50 à 90)
  2. A 5 et 25 mg/kg pc/j, diminution de la production de spermatozoïdes 

A 25 mg/kg pc/j, augmentation du nombre de spermatozoïdes anormaux 

Atteintes du système reproducteur masculin Autres atteintes du système reproducteur mâle

Liu et al 2015

- 165 salariés exposés au BPA et 427 non exposés

Il existe une association positive entre la concentration urinaire de bisphénol A et les taux sériques de prolactine, d’œstradiol et de SHBG, ainsi qu’une association négative entre la concentration urinaire de bisphénol A et les taux sériques d’inhibine B.

 

Zhuang et al 2015

- 281 salariés exposés à des poussières de bisphénol A (concentrations dans l’atmosphère de travail > 20 mg/m3) et 278 non exposés

La concentration sérique de globuline liant les hormones sexuelles (SHBG) était significativement augmentée et la concentration sérique d’androstènedione significativement diminuée chez les salariés présentant un taux de bisphénol A supérieur à 18,75 µg/L comparativement aux salariés dont le taux sérique de bisphénol A était inférieur ou égal à 18,75 µg/L. 

Atteintes du système reproducteur féminin Atteinte des ovaires

Classification H360F (CLP)

 

Souter et al 2013

- 154 patientes traitées pour infertilité

Association significative entre les concentrations urinaires de bisphénol A (moyenne géométrique : 1,6 +/- 2 µg/L ; nature de la fraction de bisphénol A dosée, totale, libre ou conjuguée non précisée) et la diminution de la réserve folliculaire ovarienne (diminution du nombre de follicules antraux de 12, 22 et 17 % pour les 2ème, 3ème et 4ème quartiles de bisphénol A urinaire respectivement, comparativement au 1er quartile)

 

Mok-Lin et al 2010

- étude chez la femme dans un contexte de procréation médicalement assistée ; aucune information disponible concernant les expositions professionnelles des participantes à cette étude.

Troubles de la maturation ovocytaire (diminution du nombre d’ovocytes après stimulation ovarienne et altération de la qualité des ovocytes collectés)

 

Li et al 2014

- rats femelles âgées de 28 jours, 10 - 40 ou 160 mg/kg pc/j de BPA, pendant 1 semaine, par injection intra-péritonéale (exposition pré-pubertaire)

dès 10 mg/kg pc/j, baisse du nombre de follicules 

à partir de 40 mg/kg pc/j, diminution du poids des ovaires et des concentrations sériques en progestérone 

 

Lee et al 2013

- rats femelles adultes, 0,001 ou 0,1 mg de BPA/kg pc/j, pendant 90 jours, par gavage.

aux 2 doses : diminution des concentrations sériques en œstradiol (E2), dégénérescence des cellules ovariennes (atrésie folliculaire accrue et régression lutéale), diminution des concentrations sériques en testostérone et augmentation de celles en hormone lutéinisante (LH) ; allongement de la durée du cycle aux 2 doses

 

Moore-Ambritz et al. 2015

- souris femelles, exposées à 50 µg/kg pc/j par gavage, durant leurs trois 1ers cycles 

Diminution du pourcentage d’ovocytes fécondés 

Atteintes du système reproducteur féminin Autres atteintes du système reproducteur femelle

Miao et al 2015

- 106 salariées exposées au bisphénol A et 250 non exposées

Les salariées les plus exposées par voie respiratoire (> 5 mg/m3) au bisphénol A présentaient des taux sériques d’œstradiol significativement plus élevés (3,87 +/- 0,41 µg/L versus 3,5 +/- 0,43 µg/L, p<0,05) et de LH sérique significativement diminués (1,27 +/- 0,84 UI/L versus 1,75 +/- 0,93 UI/L, p<0,05) par rapport aux salariées les moins exposées (<5 mg/m3).

Il existait une association positive entre la concentration urinaire de bisphénol A et, d’une part les taux sériques de prolactine et de progestérone chez les exposées et les non exposées (statistiquement significative), et d’autre part les taux sériques d’œstradiol chez les exposées (limite de la significativité)

 

Atteintes sur le développement du fœtus, de l’embryon et/ou de l’enfant Atteinte de la descendance

ANSES 2011-2013

chez les rongeurs, effets avérés sur les organismes en développement, doses souvent < 5 mg/kg pc/j

 

Effets avérés sur le système reproducteur femelle, à la suite d’expositions pré et post-natales :
augmentation de la survenue de kystes ovariens, apparition d’hyperplasies de l’endomètre, avancement de l’âge de la puberté lors d’expositions prénatale et  postnatale, allongement des cycles œstraux, effets sur l’axe hypothalamo-hypophysaire-gonadotrope dues à une exposition in utero ou postnatale précoce (variations des taux d’hormones sexuelles et de l’expression des récepteurs de ces hormones).

 

Effets avérés sur le cerveau :

des modifications du profil de neurodifférenciation, des altérations des systèmes aminergique et glutamatergique, des modifications de l’expression des récepteurs aux œstrogènes α et β, et du nombre de neurones sensibles à l’ocytocine et à la sérotonine ; effets en lien avec une exposition au BPA pré ou périnatale sur le développement cérébral.

 

Effets avérés sur le métabolisme lipidique et glucidique et le système cardio-vasculaire : augmentation de la lipidémie, une tendance à la surcharge pondérale et une activation de la lipogenèse, suite à une exposition pré, périnatale ou à l’âge adulte.

 

Effets avérés sur le système immunitaire : induction des lymphocytes T, et plus particulièrement des lymphocytes Th2, accompagnée de la surproduction des cytokines. Le déplacement observé de la réponse immunitaire est plutôt en faveur de l’induction d’un profil prédisposant à l’allergie (prolifération et activation de lymphocytes Th2 et synthèse de cytokines impliquées dans l’allergie).

 

Effets avérés sur le sein - cancérogénicité : accélération de la maturation architecturale de la glande mammaire à l’âge adulte, en lien avec une exposition pré ou périnatale ; développement de lésions hyperplasiques intracanalaires en lien avec une exposition pré ou périnatale.

Atteintes sur le développement du fœtus, de l’embryon et/ou de l’enfant Effets sur le comportement de la descendance
Atteintes sur le développement du fœtus, de l’embryon et/ou de l’enfant Autres atteintes sur le développement du fœtus, de l’embryon et/ou de l’enfant

Bibliographie

ANSES - Effets sanitaires du bisphénol A – Rapport d’expertise collective. Connaissances relatives aux usages du bisphénol A. ANSES, 2011.

ANSES - Évaluation des risques du Bisphenol A (BPA) pour la santé humaine, tome 1. ANSES, 2013.

Dossier d'enregistrement - REACH, 2013.

FT 279 - INRS, 2018.

Lee SG, Kim JY, Chung JY, Kim YJ et al. - Bisphenol A Exposure during Adulthood Causes Augmentation of Follicular Atresia and Luteal Regression by Decreasing 17β-Estradiol Synthesis via Downregulation of Aromatase in Rat Ovary. Environ Health Perspect. 2013 ; 121 (6) : 663-669.

Li D, Zhou Z, Qing D, He Y et al. - Occupational exposure to bisphenol A (BPA) and the risk of self-reported male sexual dysfunction. Human reproduction, 2010, 25, 2 :519-527.

Li D, Zhou Z., Miao M, He Y et al. - Urine bisphenol-A (BPA) level in relation to semen quality. Fertility and sterility, 2011, 95,2 :625-630.

Li Y, Zhang W, Liu J, Wang W et al. - Prepubertal bisphenol A exposure interferes with ovarian follicle development and its relevant gene expression. Reprod Toxicol. 2014 ; 44 : 33-40.

Liu X, Miao M, Zhou Z et al. – Exposure to bisphenol-A and reproductive hormones among male adults. Environ Toxicol Pharmacol, 2015, 39(2) : 934-41.

Miao M, Yuan W, Yang F et al. – Associations between bisphenol A exposure and reproductive hormones among female workers. Int J Environ Res Public health, 2015, 12(10) : 13240-50.

Mok-Lin E, Ehrlich S, Williams PL et al. - Urinary bisphenol A concentrations and ovarian response among women undergoing IVF. Int J Androl, 2010, 33(2) : 385-93.

Moore-Ambritz TR, Acuña-Hernandez DG, Ramos-Robles B, Sanchez-Gutiérrez et al. – Exposure to bisphenol A in young adult mice does not alter ovulation but does alter fertilization ability of oocytes. Toxicol Appl Pharmacol. 2015 ; 289 : 507-214.

RAR - 4,4'-isopropylidenediphenol (Bisphenol A). Updated European Union Risk Assessment Report. Vol 37. European Chemicals Bureau, 2008. 

Souter I, Smith KW, Dimitriadis I et al. – The association of bisphenol-A urinary concentrations with antral follicle counts and other measures of ovarian reserve in women undergoing infertility treatments. Reprod Toxicol, 2013, 42 : 224-31.

Wisniewski P, Romano RM, Kizys MML, Oliveira KC et al. – Adult exposure to bisphenol A (BPA) in Wistar rats reduces sperm quality with disruption of the hypothalamic-pituitary-testicular axis. Toxicol. 2015 ; 329 : 1-9.

Zhuang W, Wu K, Wang Y et al. – Association of serum bisphenol-A concentration and male reproductive function among exposed workers. Arch Environ Contam Toxicol, 2015, 68(1) : 38-45.

En savoir plus

MiXie France est un outil simple et facile à utiliser qui permet, à partir de données de mesure, d'évaluer le potentiel additif ou non des substances chimiques et de situer les niveaux d'exposition cumulés par rapport aux valeurs limites d'exposition professionnelle (VLEP).