Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Publications et outils
  3. Outils
  4. MiXie France
  5. Styrène (rubrique sélectionnée)

Styrène

Mise à jour : 03 mars 2017

substance revue par les experts de l'INRS

Généralités

Identification

  • CAS

    100-42-5
  • Synonymes

    • Vinylbenzène
    • Ethylènebenzène
    • Phényléthylène
Fiches associées dans les autres bases de données

Valeurs limites d'exposition professionnelle (VLEP)

  • Nature

    réglementaire indicative
  • VLEP-8h

    • 100 mg/m³
    • 23,3 ppm
  • VLEP-15mn

    • 200 mg/m³
    • 46,6 ppm
  • Mentions

    Peau, Bruit

Classifications

  • Mentions de danger CLP

    • H226
    • H315
    • H319
    • H332
    • H361d
    • H372
  • Catégories

    • R2
  • CIRC

    2B

Toxicocinétique et métabolites

Eléments de toxicocinétique

Absorption cutanée (Hathaway, 2004 ; Lauwerys, 2007 ; NIOSH, 2005).

L’absorption des vapeurs de styrène par voie cutanée représente environ 5% de la dose totale absorbée (FT2).

Traverse la barrière placentaire (FT2 ; Lauwerys, 2007).

Le taux de rétention pulmonaire serait de l’ordre de 70% ; il serait proportionnel à la concentration atmosphérique et à la durée d’exposition et augmente en cas d’exercice. La dose totale absorbée pourrait augmenter de 6 fois avec l’augmentation de la fréquence respiratoire (exercice physique) (ACGIH, 2012 ; FT2).

L’élimination de l’acide phénylglyoxylique est biphasique: T½ = 4 h et T½ = 9 h ; l’élimination de l’acide mandélique est biphasique : T½ = 17 h et T½ = 26 h (FT2).

T½ d’élimination dans le tissu adipeux chez l’humain = 2 à 4 jours (ACGIH, 2012).

Chez l’humain, saturation du métabolisme à 852 mg/m³ (ACGIH, 2012).

Métabolites

Lauwerys 2007 et FT2 : 

4-Vinylphénol

Acide hippurique

Acide mandélique et acide phénylglyoxylique (95% des métabolites urinaires chez l'homme (FT002, Lauwerys 2007)

N-acétyl-S-(1-phényl-2-hydroxy) éthyl-Lcystéine

N-acétyl-S-(2-phényl-2-hydroxy) éthyl-Lcystéine

Styrène-7,8-oxyde

Effets toxiques

Classe toxicologique Effet toxique Conditions expérimentales
Atteintes cutanées Irritation de la peau

H315

 

FT2

Chez l'homme, irritation cutanée à la suite d'une exposition à 375 ppm pendant 1 heure.

Atteintes des voies respiratoires supérieures Irritation des voies respiratoires supérieures

FT2

Chez l'homme, irritation des muqueuses nasales à la suite d'une exposition à 375 ppm pendant 1 heure.

 

Atteintes oculaires Irritation des yeux

FT2

Des expositions de 420 mg/m3 (100 ppm) et plus peuvent provoquer des irritations des muqueuses oculaires chez l’homme.

 

 

Rapport Anses 2014

Trois types d’effets apparaissent clairement démontrés : des effets neurotoxiques, des irritations des voies aériennes supérieures et des irritations oculaires. Au-delà d’une exposition à 1600 mg/m3 pendant 50 minutes chez 9 volontaires sains, il survient des irritations oculaire. L’étude la plus souvent citée est celle de Stewart et al. (1968) qui rapporte des irritations oculaires chez des hommes exposés à 420 mg/m3 pendant 7 heures ou à 1600 mg/m3 pendant 1 heure.

Atteintes du système nerveux central Autres atteintes du système nerveux central

Welp et al. 1996 

Une cohorte exposée de 1945 à 1991 avec des expositions élevées : la plus haute concentration cumulée apparaît autour de 300 ppm sur 5 ans.

Dépression du système nerveux central.

 

Moller et al. 1990

Salariés exposés pendant 6 à 15 ans (moyenne 10,8 ans), concentrations entre 50 et 100 mg/m3 

Perturbations des tests psychomoteurs et problème d’équilibre

Atteintes du système nerveux périphérique Autres atteintes du système nerveux périphérique

Rapport Anses 2014 - Gobba et al., (1993)

73 travailleurs de l’industrie du plastique (renforcé par de la fibre de verre), exposés en moyenne à une concentration atmosphérique de 64 mg/m3 

Effets : augmentation significative de la prévalence des dyschromatopsies dans le groupe des travailleurs exposés par rapport aux 53 témoins. 

Atteintes du système auditif Atteinte cochléaire

Morata et al 2011

baisse significatives des performances auditives accentuées avec le bruit, chez des travailleurs exposés à 300 mg/m3

 

Johnson et al 2008

Pertes auditives rapportées chez des travailleurs exposés à 16 mg/m3

 

Campo et al 2001

rats, 1000 ppm, 6 h/j, 5 j/sem pendant 1-2-3 semaines consécutives

Atteinte des cellules ciliées externes, désorganisation des structures membranaires de la cochlée

 

Campo et al 2014

Rat, co-exposition à 300 ppm de styrène + bruit (bruit continu ou bruit impulsionnel, toutes les 15 secondes), 6h/j, 5 j/sem, pendant 4 semaines

Pertes auditives plus marquées chez les animaux co-exposé au bruit impulsionnel (perte d'une plus grande proportion de cellules ciliées) par rapport aux dommages observés avec le bruit continu

 

Atteintes du système auditif Autres atteintes du système auditif

Impact neuropharmacologique sur le déclenchement du réflexe de l’oreille moyenne

 

Campo et al 2014

Rat, co-exposition à 300 ppm de styrène + bruit (bruit continu ou bruit impulsionnel, toutes les 15 secondes), 6h/j, 5 j/sem, pendant 4 semaines

Réduction des dommages cochléaires lors d'une co-exposition styrène / bruit continu, probablement du à un effet neuropharmacologique rapide du styrène sur le SNC et le reflexe de l'oreille moyenne

 

Atteintes sur le développement du fœtus, de l’embryon et/ou de l’enfant Atteinte de la descendance

Cruzan et al 2005

étude sur deux générations de rats exposés au styrène (F1 : 300 et F2 : 500 ppm)

Retards de développement chez les petits de la génération F2.

Atteintes du système nerveux central Dépression du système nerveux central

Welp et al. 1996

Une cohorte exposée de 1945 à 1991 avec des expositions élevées : la plus haute concentration cumulée apparaît autour de 300 ppm sur 5 ans.

Dépression du système nerveux central.

Atteintes du système nerveux périphérique Neuropathie périphérique

Murata et al 1991

Salariés exposés de manière chronique

Réduction de la vitesse de conduction nerveuse à partir de 22 ppm (exposition estimée)

 

 

Effets cancérogènes et/ou mutagènes Autres cancers

Classé 2B par l'IARC

 

Kolstad et al., (1995)

Exposition au styrène de travailleurs faisant des matériaux composites renforcés à la fibre de verre. Pas de mesures d’exposition mais des estimations pendant les carrières : 180 ppm avant 1960 puis 54 ppm pour les décades suivantes.

Effet obervé : cancer pancréas

 

Perturbateur endocrinien Effet perturbateur endocrinien

Ajouté par la Commission Européenne à la liste prioritaire - Catégorie 1 - http://ec.europa.eu/environment/chemicals/endocrine/strategy/substances_en.htm

Bibliographie

American Conference of Governmental Industrial Hygienists. TLVs and BEIs with 7th Edition Documentation CD-ROM. Cincinnati, OH: ACGIH Worldwide, 2012.

ANSES - Rapport d'expertise collective. Evaluation des indicateurs biologiques d'exposition pour le styrène en vue de la construction de valeurs limites biologiques. 2014

Campo P, Lataye R, Loquet G et Bonnet P - Styrene-induced hearing loss: a membrane insult. Hear Res. 2001 ; 154 : 170-180.

Campo P, Venet T, Thomas A, Cour C et al. - Neuropharmacological and cochleotoxic effects of styrene. Consequences on noise exposures. Neurotox Teratol. 2014 ; 44 : 113-120.

Coggon D, Ntani G, Harris EC et Palmer KT - Risk of cancer in workers exposed to styrene at 8 British companies making glass reinforced plastics. Occup Environ Med. 2015 ; 72(3) : 165-70.

Cruzan G, Cushman JR, Andrews LS, Granville GC et al. - Subchronic inhalation studies of styrene in CD rats and CD-1 mice. Fundam Appl Toxicol. 1997 ; 35(2) : 152-165.

Cruzan G, Faber WD, Johnson KA, Robert LS et al. - Developmental neurotoxicity study of styrene by inhalation in Crl-CD rats. Birth Defects Research (Part B). 2005 ; 74 : 221-232.

FT2 - INRS, 2016.

IARC - Volume 82, 2002.

Hathaway GJ, Proctor NH. Chemical hazards of the workplace. Hoboken, NJ: Wiley, 2004.

Johnson AC, Morata TC, Lindblad AC, Nylen PR et al.Audiological findings in workers exposed to styrene alone or in concert with noise. Noise Health. 2006 ; 8(30) : 45-57.

Kolstad HA, Juel K, Olsen J et Lynge E - Exposure to styrene and chronic health effects: mortality and incidence of solid cancers in the Danish plastics industry. Occup Environ Med. 1995 ; 52 : 320-327.

Lauwerys R et al. Toxicologie industrielle et intoxications professionnelles. Paris: Elsevier Masson, 2007.

Möller C, Ödkvist L, Larsby B, Tham R et al. - Otoneurological findings in workers exposed to styrene. Scand J Work Environ Health. 1990 ; 16 : 189-194.

Morata TC, Sliwinska-Kowalska M, Johnson AC, Starck J et al. -  A multicenter study on the audiometric findings of styrene-exposed workers. Int J Audiol. 2011 ; 50 : 652-660.

Murata K., Araki S. and Yokoyama K. (1991) - Assessment of the peripheral, central, and autonomic nervous system function in styrene workers. Am J Ind Med, 20, 6, 775-784.

National Institute for Occupational Safety and Health. NIOSH pocket guide to chemical hazards. Cincinnati, Ohio: NIOSH, 2005.

Welp E, Kogevinas M, Andersen A et Bellander T - Exposure to styrene and mortality from nervous system diseases and mental disorders. Am J Epidemiol. 1996 ; 144(7) : 623-633.

En savoir plus

MiXie France est un outil simple et facile à utiliser qui permet, à partir de données de mesure, d'évaluer le potentiel additif ou non des substances chimiques et de situer les niveaux d'exposition cumulés par rapport aux valeurs limites d'exposition professionnelle (VLEP).