Acces rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Métiers et secteurs d'activité
  3. Chimie
  4. Laboratoires de chimie (rubrique sélectionnée)

Laboratoires de chimie

Prévention dans la recherche, le développement, l’analyse et le contrôle qualité

Travail en laboratoire de chimie. L'étiquetage est important Des laboratoires de chimie se rencontrent non seulement dans le secteur de la chimie mais aussi en métallurgie, dans l’agroalimentaire, l’industrie papetière ou automobile… Une multitude de produits y sont manipulés et stockés en petites quantités. Ces produits présentent toutes les catégories de dangers (incendie, explosion, risques pour la santé). La prévention des risques passe notamment par l’utilisation d’enceintes ventilées et par une information et une formation du personnel.

Une évaluation des risques parfois complexe

Les différents risques rencontrés en laboratoire sont ceux liés :

  • aux tâches et modes opératoires (chutes, coupures, gestes répétitifs),
  • aux matériels et aux montages employés, parfois provisoires (casse, incendie, exposition accidentelle à des rayonnements),
  • à la manipulation, à l’utilisation ou au stockage des produits (exposition par projection, inhalation ou ingestion, dysfonctionnement ou casse du matériel, incendie ou explosion, élimination des déchets). Aux dangers intrinsèques des produits se rajoutent ceux des nouveaux produits issus de réactions ou de certains mélanges.

Tous ces facteurs de risque doivent être examinés, étant constitutifs d’un procédé employé.

Pour faire l’évaluation des risques, il est primordial de tenir compte de l’avis des opérateurs, qui sont en effet tour à tour concepteurs, constructeurs et utilisateurs des équipements et qui sont souvent amenés à modifier les procédés ou les produits.

Quelques spécificités à prendre en compte pour l’évaluation des risques dans un laboratoire

Dans les laboratoires de recherche ou de développement, l’innovation et l’intérêt scientifique impliquent parfois l’utilisation ou l’association de substances dangereuses ou méconnues, telles les nouvelles molécules synthétisées.

Les laboratoires de contrôle qualité se caractérisent par une plus faible variété de produits et par une plus forte place des procédures (tâches moins diversifiées et matériel standardisé).

Mise en place d’une prévention adaptée

La prévention des risques dans un laboratoire de chimie résulte de l’évaluation des risques. Elle repose notamment sur :

  • des infrastructures adaptées (locaux, plans de travail, ventilation et dispositifs de captage des polluants), privilégiant le travail en circuit fermé et l’utilisation de sorbonnes ou de boîtes à gants,
  • une organisation du travail adaptée,
  • une limitation de l’exposition aux produits (substitution par des produits moins dangereux quand c’est possible, limitation des manipulations hors confinement),
  • une bonne connaissance des dangers liés aux produits et aux matériels utilisés, qui passe par une formation et une information du personnel.

Afin de limiter les conséquences d’un accident, l’installation et l’entretien des douches de sécurité et des lave-yeux dans les laboratoires de chimie sont impératifs.

Protection collective et individuelle

Dans tous les cas, les mesures de protection collective sont à privilégier aux mesures de protection individuelle.

Il existe plusieurs dispositifs courants de protection collective, utilisables en laboratoire quelles que soient les opérations effectuées :

  • La boîte à gants permet une bonne protection des opérateurs mais rend difficile la manipulation des produits et du matériel.
  • La sorbonne de laboratoire permet, à condition qu’elle soit bien employée et dimensionnée, un certain degré de liberté de l’opérateur. Elle est cependant moins protectrice que la boîte à gants.
  • Les postes de sécurité cytotoxique (PSC) permettent une purge de l’atmosphère de travail, supérieure à celle procurée par une sorbonne mais inférieure à celle d’une boîte à gants.
  • Les hottes et les bras aspirants ne doivent être utilisés que pour des opérations dont les émissions sont peu dangereuses car leur efficacité est limitée.

Pour tous ces dispositifs, l’air pollué doit être rejeté à l’extérieur après épuration.

Le port des gants, blouses, lunettes de protection et chaussures fermées est impératif au laboratoire. Le choix des gants, des vêtements et de la protection des yeux ou du visage sera fait en fonction des produits manipulés. Pour des opérations spécifiques, d’autres équipements de protection individuelle sont nécessaires (masque, combinaison…).

Organisation, information, formation

L’employeur (ou la personne responsable du laboratoire) doit mettre en place une organisation de la prévention et de la sécurité :

  • gestion de l’activité du laboratoire, des équipements et des produits qui sont utilisés (dont leur stockage),
  • ordre, propreté, hygiène,
  • procédures en cas d’urgence.

Il doit également veiller à son application, notamment en la faisant connaître à chaque personne intervenant dans le laboratoire, par une information et des formations adaptées (procédure, signalétique, étiquetage, gestion des déchets…).

Environnement

Pour limiter les risques pour l’environnement liés aux produits utilisés en laboratoire, il est nécessaire :

  • de filtrer l’air avant rejet à l’extérieur,
  • d’éliminer les déchets liquides ou solides dans les filières prévues pour la gestion des déchets (le rejet à l’évier étant à proscrire).

Pour la récupération et le traitement des déchets chimiques, l’employeur doit faire appel à une ou plusieurs sociétés spécialisées. En accord avec celles-ci, un tri sélectif doit être mis en place, en tenant compte des incompatibilités des produits utilisés.

Les métiers du secteur chimie
Mis à jour le 04/02/2015