Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Cancer du poumon et exposition professionnelle aux métaux : une revue des études épidémiologiques (rubrique sélectionnée)

Cancer du poumon et exposition professionnelle aux métaux : une revue des études épidémiologiques

Dossier médico-technique

Article de revue06/2008

Ce document existe uniquement au format électronique

L'exposition aux composés métalliques est omniprésente du fait de leur large utilisation dans l'industrie et de leur existence, le plus souvent en tant que traces, dans l'environnement. Cet article examine les éléments épidémiologiques de la relation entre le cancer du poumon et l'exposition professionnelle aux composés métalliques.
Les éléments épidémiologiques sont brièvement examinés pour les agents cancérogènes reconnus : chrome, nickel, béryllium, cadmium, arsenic et silicium (sous forme de silice cristalline), en mettant en évidence les aspects encore incertains. Sont ensuite examinés plus en détail certains métaux pour lesquels le lien entre exposition et risque de cancer du poumon est moins évident : titane, plomb, fer ainsi que cobalt et tungstène.
Pour les cancérogènes reconnus, les études épidémiologiques récentes confirment dans l'ensemble ce classement avec cependant des résultats qui sont parfois contradictoires, notamment pour le béryllium, le cadmium ou la silice. Pour le titane, les seules études existantes concernent des populations exposées au dioxyde de titane et le seul excès observé dans une des études ne paraît pas attribuable à l'exposition.
En dépit d'un risque élevé de cancer broncho-pulmonaire dans certaines populations exposées au plomb, aucune relation dose-réponse ne semble exister entre cette exposition et le risque de cancer du poumon. Une augmentation modérée mais constante des cancers du poumon existe dans de nombreuses populations exposées à des oxydes de fer, mais cet effet peut être dû à des co-facteurs, et ne peut être considéré par défaut comme attribuable aux oxydes de fer. Enfin, les études épidémiologiques menées dans l'industrie des métaux durs suggèrent un possible effet cancérogène du cobalt en présence de carbure de tungstène.

  • Description et informations techniques
    • Document original

      Article de 19 pages, publié dans la revue Documents pour le médecin du travail
    • Référence INRS

      TC 120
    • Auteur(s)

      WILD P., BOURGKARD E., PARIS C.
    • Date de publication

      06/2008
    • Collection

      Dossier médico-technique

Ressources complémentaires de l'INRS

Sur le thème : Cancers

Sur le thème : Focus sur des agents chimiques particuliers