Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risque de cancers bronchopulmonaires dans une usine sidérurgique produisant des aciers inoxydables et des aciers alliés (rubrique sélectionnée)

Risque de cancers bronchopulmonaires dans une usine sidérurgique produisant des aciers inoxydables et des aciers alliés

Note documentaire

Article de revue01/2000

Ce document existe uniquement au format électronique

Cette étude, qui portait sur la mortalité des salariés impliqués dans la production d'aciers inoxydables ou d'aciers alliés entre 1968 et 1992, était focalisée sur le risque de cancers bronchopulmonaires lié à l'exposition aux métaux : oxydes de fer, chrome, nickel et/ou leurs dérivés. Elle a consisté en une étude de mortalité dans une cohorte historique et en une étude cas-témoins conduite dans la cohorte.
Les risques relatifs sont exprimés sous la forme des Standardized Mortality Ratios (SMR) et de leurs intervalles de confiance à 95% (IC), qui permettent de comparer les nombres observés et attendus de décès par cause, en ajustant sur l'âge, le sexe et l'année de décès. Les nombres attendus ont été calculés à partir des taux de mortalité de la population générale du département (référence externe). Les Odds Ratios (OR) ont été estimés par la méthode de la régression logistique conditionnelle. Les expositions professionnelles ont été évaluées tout au long de la carrière professionnelle des cas et des témoins à l'aide d'une matrice emplois-expositions spécifique des procédés industriels.
La cohorte était constituée de 4 288 hommes et 609 femmes. La mortalité observée, toutes causes confondues, est significativement inférieure à la mortalité attendue (649 décès, SMR = 0,91, IC = 0,84-0,98). Le SMR concernant la mortalité par cancers bronchopulmonaires n'est pas significativement différent de l'unité (54 décès, SMR = 1,19, IC = 0,89-1,55). L'étude cas-témoins a porté sur 54 cas et 162 témoins appariés individuellement. Les habitudes tabagiques étaient connues pour 71 % des sujets. Aucun excès de cancers bronchopulmonaires n'a été observé pour les expositions aux métaux et/ou à leurs dérivés : fer (OR = 0,94, IC = 0,48-1,86), chrome et/ou nickel (OR = 1,18, IC = 0,62-2,25) et cobalt (OR = 0,64, IC = 0,33-1,25). Il en est de même pour les expositions aux brouillards d'acides (OR = 0,43, IC = 0,17-1,10) et à l'amiante (OR = 1,00, IC = 0,54-1,86). En ce qui concerne les expositions aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et à la silice, souvent présents conjointement sur les lieux de travail, on observe des excès statistiquement significatifs de cancers broncho-pulmonaires, avec des OR de 1,95 (IC = 1,03-3,72) et 2,47 (IC = 1,28-4,77) respectivement, avec tendances statistiquement significatives (p < 0,05) à l'augmentation des risques relatifs en fonction des paramètres quantitatifs d'exposition ; les ajustements sur la consommation de tabac n'ont pas fait apparaître d'effets de confusion dus au tabagisme.
Cette étude n'a pas permis d'établir de lien entre cancers bronchopulmonaires et expositions au fer, au chrome, au nickel et/ou à leurs dérivés. Des risques relatifs élevés et statistiquement significatifs, avec relations dose-effet, ont été observés pour des expositions simultanées aux HAP et à la silice.

  • Description et informations techniques
    • Document original

      Article de 12 pages, publié dans la revue Hygiène et sécurité du travail
    • Référence INRS

      ND 2133
    • Auteur(s)

      MOULIN J.J., CLAVEL T., ROY D., DANANCHE B., et coll.
    • Date de publication

      01/2000
    • Collection

      Note documentaire

Ressources complémentaires de l'INRS

Sur le thème : Cancers

Sur le thème : Fabrication des métaux