Accès rapides :
DOSSIER :

Industrie du futur

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Principaux thèmes de travail
  4. Industrie du futur
  5. La numérisation (rubrique sélectionnée)

La numérisation

Penser les usages

Les objets connectés et plus largement l’intégration du numérique dans l’ensemble de la chaîne de production sont au cœur de l’industrie du futur. Ce sont les usages qu'il faut considérer afin qu’ils ne conduisent pas à une dégradation des conditions de travail du fait d’une intensification de l’activité, d’une perte d’autonomie, d’un contrôle accru, etc.

L’interconnexion numérique, un élément clé de l’industrie du futur

 

L’essor des systèmes de traitement de l’information, de l’internet des objets (IoT), du big data, du cloud computing ou encore de l’intelligence artificielle (Cf. encadré), permet aujourd’hui une interconnexion de l’ensemble des composantes du process de fabrication (opérateurs, produits et machines). L’objectif de cette transformation digitale des entreprises est de les faire gagner en productivité, en efficacité et en flexibilité.

Les briques de la numérisation

Objets connectés : Ce sont des objets capables de collecter, voire d’analyser des données et de les échanger entre eux ou avec des bases de données.

Internet des objets : Ce sont les techniques de connexion des objets, équipements, machines, appareils… déjà connectés entre eux, à un réseau plus large, que ce soit directement (via Wi-Fi ou Bluetooth par exemple), ou grâce à des protocoles de communication qui leur sont propres.

Intelligence artificielle : Techniques visant à imiter certaines aptitudes de l’intelligence humaine comme la mémoire, le raisonnement, la perception, la prise de décision et la résolution de problèmes.

Big data (données massives) : Méthodes et outils numériques (dont certains relèvent de l’intelligence artificielle) utilisés pour la capture, la recherche, le stockage, le partage et le traitement rapide de grandes quantités de données non structurées et hétérogènes.

Cloud computing : Ensemble de processus qui consistent à utiliser la puissance de calcul ou de stockage de serveurs informatiques distants à travers un réseau, généralement Internet.

Cybersécurité : Ensemble des méthodes et processus techniques qui permettent d’assurer que les ressources numériques d’une entreprise sont préservées de toute attaque qui les détournerait de leur fonctionnement initialement prévu, ou de réduire les conséquences de ces attaques.

Enjeux pour la prévention 

Certains usages des données numériques générées par ces systèmes interconnectés peuvent contribuer à améliorer la prévention des risques professionnels. Il est désormais possible de développer des systèmes intelligents capables de traiter un nombre très important de paramètres sur les procédés de fabrication et les ambiances physiques (bruit, rayonnements, substances chimiques, etc.) afin d’anticiper la survenue de situations dangereuses. De même, ces systèmes interconnectés peuvent faciliter le travail collaboratif entre experts techniques et préventeurs.

 

D’autres usages, intentionnels ou non, peuvent au contraire entraîner une dégradation des conditions de travail. Par exemple, en permettant les recueils de données sur l’activité des salariés (localisation, nombre de pas, posture, rythme cardiaque, etc.), les objets connectés rendent possible le renforcement du contrôle des salariés sur la base d’indicateurs nécessairement réducteurs par rapport à la réalité du travail. Par ailleurs, dès lors que ces données peuvent être associées à un individu en particulier, il est nécessaire d’être vigilant sur leur utilisation, leur conservation et leur protection.

 

De même, le report des prises de décision sur des systèmes de plus en plus performants du fait des techniques d’intelligence artificielle peut inciter les salariés à relâcher leur attention en matière de prévention des risques. Ces systèmes intelligents peuvent également être source de risques psychosociaux du fait d’un appauvrissement des tâches, d’une perte d’autonomie et d’expertise, d’une réduction des marges de manœuvre et de l’entraide entre salariés.

 

De récents de travaux de veille et de prospective ont également souligné que le recours à des plates-formes collaboratives à distance basée sur l’intelligence artificielle pour recruter des participants pour un projet peut avoir des conséquences négatives sur les risques professionnels du fait d’une parcellisation des tâches, d’une absence de visibilité sur la finalité du projet, de la difficulté de séparer vie privée et vie professionnelle.

 

Enfin, l’ouverture des réseaux industriels à Internet nécessite de s’interroger sur la cybersécurité de ces systèmes interconnectés. Défaillances, virus informatique et autres cyberattaques, susceptibles de provoquer des dégâts importants sur les infrastructures voire d’endommager les dispositifs de protection, doivent être pris en compte.

Pour en savoir plus :
Mis à jour le 02/05/2018