VIRUS GRIPPAL
Agent de la grippe

Pour des explications sur le contenu de la fiche :

– consultez le Guide de lecture
– cliquez sur les titres de paragraphes actifs pour accéder à la partie correspondante du Guide de lecture

 

Agent pathogène et pathologie > retour au sommaire

 Descriptif de l'agent pathogène

Nom de l'agent :Virus grippal (hors grippe aviaire)

Synonyme(s) : Influenza

Type d'agent : Virus

Descriptif :

Virus à ARN segmenté de la famille des Orthomyxoviridae et du genre Influenzaevirus et comportant 3 types A, B et C. Les virus de type A sont divisés en sous-types selon la nature de leurs glycoprotéines de surface : l'hémagglutinine (H) au nombre de 17 et les neuraminidases (N) au nombre de 10.

Groupe de classement : 2

 

 Pathologie

Nom de la maladie : Grippe

 

 Réservoir et vecteur

Type de réservoir : Homme
L'homme constitue le réservoir pour les formes humaines et est quasiment seul réservoir des virus type B et C.

Il peut être infecté par certains sous-types du virus A.

Les virus de type A circulent chez différentes espèces animales comme les oiseaux mais aussi les porcs, chevaux, mammifères marins. Les oiseaux sont probablement les hôtes originaux des virus de la grippe : ils servent de réservoir à tous les sous-types de virus A.

La plupart des virus aviaires n'infectent pas l'homme hormis certains sous-types comme le virus A(H5N1). Ces infections interviennent en cas de contacts fréquents et intensifs avec les sécrétions respiratoires et les déjections d'animaux infectés. Les cas de transmission interhumaine sont exceptionnels : la grippe aviaire ne sera pas traitée dans cette fiche.

Par ailleurs, le génome des virus de type A, constitué de plusieurs segments ARN indépendants, peut, suite à des réassortiments, provenir d'hôtes différents : hommes, porcs, oiseaux. Ces virus appelés virus ré-assortants sont à l'origine de souches nouvelles pour l'homme responsables de pandémies telles que le virus A(H1N1)pdm09 qui a émergé au Mexique en 2009 et circule depuis sous le mode épidémique.

Principale source : Sécrétions des voies aériennes supérieures


 

 Viabilité, infectiosité

Viabilité, résistance physico-chimique :

Les virus grippaux survivent quelques heures sur surfaces inertes (Pasteur).
Inactivés par l'hypochlorite de sodium, l'éthanol à 70°, le glutaraldéhyde à 2 %, le formaldéhyde.

Infectiosité :

Contagiosité importante : taux d'attaque = 30 à 60 % d'une population d'adultes non immunisés.

 
 

 Données épidémiologiques

Population générale :
Virus de répartition mondiale. Le virus A est le plus épidémiogène et peut générer des pandémies, le virus B est responsable uniquement d'épidémies, le virus C n'entraîne que des cas sporadiques.
Les épidémies de grippe surviennent d'octobre à avril dans l'hémisphère Nord et d'avril à octobre dans l'hémisphère Sud.
En France, la grippe atteint chaque année 2 à 8 millions de personnes de tout âge et entraîne selon les virus circulants quelques centaines à quelques milliers de décès.
En 2009, le virus de la grippe A(H1N1)pdm09 a provoqué une pandémie responsable de 18500 décès dans le monde selon l'OMS. En 2010-11, 789 cas graves de grippe ont été signalés en France et 151 (19 %) sont décédés. La majorité était due au virus A(H1N1)pdm09. Les décès et hospitalisations sont liés aux groupes à risque comprenant les sujets très jeunes, les seniors ou ceux atteint de maladies chroniques. Les personnes obèses et femmes enceintes ont depuis été identifiées comme population à risque.
Actuellement, le virus A(H1N1)pdm09 continue à circulier dans la population et est responsable d'épidémies saisonnières de grippe.

Milieu professionnel :
Des grippes nosocomiales concernant à la fois les soignants et les patients ont été décrites.
Les fiches de signalement des infections nosocomiales en France rapportent 129 épisodes de grippe nosocomiale entre 2001 et 2010 totalisant 1623 cas dont 48 patients décédés et confirmant la contribution des soignants à certains épisodes.

 

 Transmission

Mode de transmission : Principalement par l'intermédiaire des gouttelettes provenant des voies aériennes supérieures générées par la toux, les éternuements ou la parole d'un sujet infecté. Possible par contact des muqueuses avec des mains ou des objets fraîchement souillés par les sécrétions oropharyngées d'un sujet infecté.
Transmission favorisée par les groupements de population dans un espace clos.
La transmission par aérosols est évoquée mais discutée.

Période de contagiosité : Contagiosité maximum pendant les premiers jours de la maladie (virus retrouvé 24h avant les premiers symptômes mais contagiosité non prouvée) et 6 jours après le début des symptômes (portage plus long chez les enfants et les immunodéprimés).

 

 Maladie

Incubation : Courte de 1 à 3 jours.

Clinique Dans la forme classique, signes généraux intenses avec apparition brutale d'une fièvre élevée (> 38,5 °C) avec frissons, myalgies diffuses, céphalées, asthénie, anorexie et symptômes respiratoires discrets dominés par la toux ; la fièvre peut réapparaître secondairement après une rémission de 24 h  (V grippal).

Formes compliquées dont les plus importantes sont les surinfections bactériennes broncho-pulmonaires, la grippe maligne consistant en une pneumopathie interstitielle avec détresse respiratoire et les complications neurologiques (Méningite lymphocitaire avec ou sans encéphalite, syndrome de Reye favorisé par la prise de salicylés).

Fréquentes formes a- ou pauci-symptomatiques.

Diagnostic : Diagnostic essentiellement clinique en période de circulation des virus de la grippe.

Principales indications à un diagnostic biologique : indispensable avant mise en route d'une prophylaxie large par antiviraux dans une collectivité en période épidémique, recommandé avant traitement individuel curatif ou prophylactique par antiviraux, manifestations respiratoires sévères ou extra-respiratoires avec hospitalisatioon, formes sporadiques en dehors du contexte épidémique.

  1. Détection directe dans les prélèvements naso-pharyngés:
    • soit d'antigènes viraux par immunochromatographie sur membrane (tests diagnostics rapides), ELISA ou immunofluorescence (tests rapides de laboratoire),
    • soit par détection du génome viral par amplification génique (RT-PCR) (Test plus sensible mais pas effectué en routine)
  2. Culture cellulaire dans les 3 premiers jours de l'expression clinique de la maladie à partir de prélèvements oro-pharyngés ou écouvillonage nasal mais résultat en 3 à 10 jours. Pour les autres produits pathologiques (sang, LCR), privilégier la recherche RT-PCR.
  3. Sérologie à partir de 2 prélèvements de sérum effectués à 15 jours d'intervalle (diagnostic rétrospectif).

NB : En dehors de la période épidémique le TDR est trop peu sensible ; il convient donc d'utiliser PCR ou culture.

Traitement : Inhibiteurs de la neuraminidase : oseltamivir (TAMIFLU®) (voie orale) à partir de 1 an, zanamivir (RELENZA®) (inhalation buccale) à partir de 5 ans, actifs sur les virus grippaux A et B en traitement curatif immédiat en période de circulation du virus ou en prophylaxie après contact avec un cas de grippe (cf rapport du HSCP du 9 novembre 2012).

Inhibiteurs de la protéine M2 : amantadine (MANTADIX®) inefficace sur les souches B et peu utilisée (souches résistantes, effets indésirables).

Antibiotiques seulement en cas de surinfection bactérienne.

 

 Prévention vaccinale

Vaccin disponible, consultez le calendrier vaccinal 2014 sur le site web du ministère de la Santé (fichier PDF - 5,5 Mo)

Vaccin à virus inactivé le plus souvent sur œufs de poule embryonnés. Un nouveau vaccin réalisé sur culture cellulaire est en cours de commercialisation en France.

Vaccin trivalent A(H1N1), A(H3N2) et B, dont la composition est actualisée chaque année par l'OMS en fonction des données virologiques et épidémiologiques.

2 types de vaccins : vaccins inactivés injectables (voie IM ou ID) et vaccins vivants atténués (voie intra nasale).

Seule contre-indication : allergie à l'un des composants, aux protéines de l'œuf ou poulet. Le vaccin peut être prescrit en cas de grossesse ou d'immunodépression sauf si vaccin vivant atténué (Fluenza).

 

 Caractéristiques de l'immunité

 

Immunité naturelle : Naturellement acquise lors d'épidémies antérieures mais grande variation des caractères antigéniques des virus.

Immunité vaccinale : 2 à 4 semaines après l'injection et pendant 9 à 12 mois. Taux de séroprotection postvaccinale : 70 % entre 18 et 60 ans et environ 60 % pour les sujets de plus de 60 ans.

 

 Populations à risque

Activités exposantes :

Professionnels de santé, personnels de collectivité ou en contact avec les enfants.

Terrain à risque accru d'acquisition :  Personnes non vaccinées.

Terrain à risque accru de forme grave : Sujets à risque élevé : sujets de plus de 65 ans, immunodéprimés, patients atteints de maladies chroniques (pathologies cardio-respiratoires, diabète), personnes obèses avec IMC sup. ou égal à 40 Kg/m2, femmes enceintes quelque soit le trimestre de grossesse.

Grossesse : Morbidité et mortalité plus élevées chez la femme enceinte en période épidémique.
Formes compliquées : complication respiratoires graves avec recours à des techniques de réanimation chez les femmes enceintes.

Risque de mort foetale ou d'accouchement prématuré mais absence de risque malformatif.
La femme enceinte représentant un groupe à risque élevé de formes compliquées de grippe, il est recommandé d'effectuer à présent la vaccination antigrippale chez la femme enceinte.

 
 

Que faire en cas d'exposition ? > retour au sommaire

 Définition d'un sujet exposé

Sujet en contact proche (moins de 2 m) avec une personne présentant un syndrome grippal typique en période épidémique jusqu'à 6 jours après le début des symptômes.

 

 Conduite à tenir immédiate

Confirmer les informations concernant la personne source et si nécessaire confirmer le diagnostic par un prélèvement nasopharyngé notamment en cas de forme sporadique en dehors d'un contexte épidémique, ou lorsqu'il existe des manifestations respiratoires sévères ou extra-respiratoires nécessitant une hospitalisation.

En fonction du contexte épidémique les indications de prélèvement à visée diagnostique peuvent évoluer et seront indiquées si nécessaire par les autorités de santé.

En collectivité, s'assurer de la mise en isolement ou de l'éviction du cas source.

 

 Evaluation du risque

Source :
Produit biologique : sécrétions respiratoires chargées de virus.

Type d'exposition : principalement par projection de gouttelettes.

Sujet exposé:
Rechercher des facteurs de risque:

- pour lui : sujet âgé, jeune enfant, maladie chronique, immunodépression, grossesse, obésité...
- pour son entourage (professionnels de santé, sujet en contact avec des personnes âgées ou fragiles).

Rechercher une notion de vaccination.

 

 Mesures prophylactiques

Proposer une prophylaxie par oseltamivir (TAMIFLU®) chez les sujets à risque de complications et en collectivité de personnes à risque après contact avec un cas de grippe cliniquement diagnostiqué en période épidémique.

La prophylaxie est étendue à toute l'unité de la collectivité si toutes les conditions suivantes sont remplies :

  • Foyer de cas groupés d'infection respiratoires aiguë
  • Diagnostic virologique de grippe positif
  • Notion de contact étroit impossible à définir
  • Nombre quotidien de nouveaux cas en augmentation
  • Au moins deux tiers des résidents dans l'unité ciblée pour la prophylaxie non encore atteints.

Un traitement préemptif, c'est-à-dire à dose curative, sera administré chez les sujets à risque très élevé de complications grippales (par exemple comorbidités graves et/ou instables comme les affections cardio-pulmonaires graves ou immunodépression).

Pour plus de précisions, se référer au rapport du HSCP du 09/11/12 : http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=297

 

 Suivi médical

Si le sujet exposé est en contact avec des individus fragiles vis-à-vis du virus grippal, l'informer de la nécessité de prendre rapidement un avis médical pour envisager un interruption de l'activité professionnelle dès les premiers symptômes (malgré la vaccination ou le traitement prophylactique).

 

 Conseils

Pour l'entourage du sujet :

Eviter le contact avec les personnes fragiles. Conseiller la vaccination à l'entourage si celle-ci n'a pas été faite.

En cas de grossesse :


Une prophylaxie par Tamiflu peut être proposée.

 

 Démarche médico-légale

Déclaration obligatoire : Pas de déclaration obligatoire

Réparation :

- au titre d'un Tableau de maladies professionnelles :
   Régime général : Non
   Régime agricole : Non
Consultez la base de données Tableaux de maladies professionnelles. Guide d'accès et commentaires
- maladies hors tableau et fonction publique : selon expertise

 

 Texte de référence

Vaccination contre la grippe saisonnière. Actualisation des recommandations : femmes enceintes et personnes obèses. Avis et Rapport. Haut Conseil de la Santé Publique, 2012 (http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?ae=avisrapportsdomaine&clefr=260).

Utilisation des antiviraux en extra-hospitalier en période de grippe saisonnière. Haut Conseil de la Santé Publique, 2012 (http://www.hcsp.fr/explore.cgi/info?ae=info&clef=199&menu=17).

Plan national de prévention et de lutte "Pandémie grippale" 2011. Site santé du Ministère des Affaires sociales et de la Santé,  2011 (http://www.sante.gouv.fr/plan-national-de-prevention-et-de-lutte-pandemie-grippale-2011.html).

 

Cas particulier du laboratoire > retour au sommaire

 Epidémiologie du risque en laboratoire

Cas en laboratoire d'analyses (médicales, vétérinaires...) publiés depuis 1985 :

Aucun cas de contamination professionnelle en laboratoire d’analyses n’a été publié.

Cas en laboratoire de recherche publiés depuis 1985 :

Un cas de conjonctivite après exposition accidentelle au virus influenza B dans un laboratoire de recherche.

Cas historiques (publiés avant 1985) :

Néant.

 

 Spécificité de l'évaluation du risque

Pas de risque spécifique identifié. Se référer au chapitre précédent « Que faire en cas d’exposition ».

 

 Incidence sur la conduite à tenir et prophylaxie

Sans objet ; se référer au chapitre précédent « Que faire en cas d’exposition ».

 

Eléments de référence  > retour au sommaire

 Centre national de référence :

Pour la zone Nord
Institut Pasteur
Unité de Génétique Moléculaire des Virus Respiratoires
25 rue du Dr Roux
75724 PARIS CEDEX 15

Pour la zone Sud
Laboratoire de Virologie
Domaine Rockefeller
8 rue Rockefeller
69373 LYON CEDEX 08

 Bibliographie

Textes de référence :

Vaccination contre la grippe saisonnière. Actualisation des recommandations : femmes enceintes et personnes obèses. Avis et Rapport. Haut Conseil de la Santé Publique, 2012 (http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?ae=avisrapportsdomaine&clefr=260).

Utilisation des antiviraux en extra-hospitalier en période de grippe saisonnière. Haut Conseil de la Santé Publique, 2012 (http://www.hcsp.fr/explore.cgi/info?ae=info&clef=199&menu=17).

Plan national de prévention et de lutte "Pandémie grippale" 2011. Site santé du Ministère des Affaires sociales et de la Santé,  2011 (http://www.sante.gouv.fr/plan-national-de-prevention-et-de-lutte-pandemie-grippale-2011.html).

Autres documents :

Aide-mémoire sur la vaccination antigrippale. Site santé du Ministère des Affaires sociales et de la Santé, 2012 (http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Aide_memoire_vaccination_grippe_V2.pdf).

La grippe. Institut Pasteur, 2012 (http://www.pasteur.fr/ip/easysite/pasteur/fr/presse/fiches-sur-les-maladies-infectieuses/grippe).

Grippe. InVS, 2013 (http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Grippe).

Grippe (saisonnière). Aide-mémoire n° 211. OMS, 2009 (http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs211/fr/index.html).

Seasonal Influenza (Flu). CDC, 2013 (http://www.cdc.gov/flu/).

Launay O, Piroth L, Yazdanpanah Y (Eds) - E. Pilly 2012. Maladies infectieuses et tropicales. 23e édition. Vivactis Plus ; 2011 : 607 p.

Aymard M, Lina B - Virus de la grippe. In : Pozzetto B (Ed) - Infections nosocomiales virales et à agents transmissibles non conventionnels. Montrouge : Edition John Libbey Eurotext ; 2001 : 205-213, 554 p.

Bonmarin I - Infections nosocomiales grippales et soignants, France, 2001-2010. Bull Epidémiol Hebd. 2011 ; 35-36 : 379-81.

Diaz E, Rodriguez A, Martin-Loeches I, Lorente L et al. - Impact of obesity in patients infected with 2009 Influenza A(H1N1). Chest 2011 ; 139 (2) : 382-86.

Zaman K, Roy E, Arifeen SE, Rahman M et al. - Effectiveness of maternal influenza immunization in mothers and infants. N Engl J Med. 2008 ; 359 (15) : 1555-64.

Bibliographie spécifique aux laboratoires :

Ando Y, Iwasaki T, Terao K, Nishimura H et al. - Conjunctivitis following accidental exposure to influenza B virus/Shandong/07/97. J Infect. 2001 ; 42 (3) : 223-24.

 

Mise à jour de la fiche : Décembre 2012 > retour au sommaire

logo de l'INRS
logo du GERES