Brucellose

Pour des explications sur le contenu de la fiche :

– consultez le Guide de lecture
– cliquez sur les titres de paragraphes actifs pour accéder à la partie correspondante du Guide de lecture

 

Agent pathogène et pathologie > retour au sommaire

 Descriptif de l'agent pathogène

Nom de l'agent :Brucella

Synonyme(s) : 

Type d'agent : Bactérie

Descriptif :

Brucella : il existe une dizaine d'espèces dont les espèces pathogènes les plus fréquentes pour l'homme sont : melitensis, abortus, suis.

Coccobacilles Gram -

Groupe de classement : 3

 

 Pathologie

Nom de la maladie : Brucellose

Synonyme(s) : Fièvre de Malte ; mélitococcie ; fièvre de Bang ; fièvre ondulante méditerranéenne

 

 Réservoir et vecteur

Type de réservoir : Animal
Animaux d’élevage et sauvages (tous mammifères).
Bovins, ovins, porcins, caprins, chiens, sangliers, coyotes, cerfs, caribous, élans, camélidés, mammifères marins.
Homme : hôte accidentel.

Principale source : Urines; Selles; Sécrétions génitales; Lait
Chez l'animal :
- produits d’avortement, placentas, secrétions vaginales, urines, fèces des animaux, carcasses d’animaux, laine, fumiers, lait.
- Produits dérivés laitiers crus, viande insuffisamment cuite.
Chez l’homme malade, certains liquides biologiques (liquide articulaire, LCR, sang).

 

 Viabilité, infectiosité

Viabilité, résistance physico-chimique :

Sensible à l’eau de javel, l’éthanol à 70°, le formaldéhyde (formol), le glutaraldéhyde et à l'action des rayons ultraviolets.
Inactivé par la chaleur humide (121° C pendant au moins 15 minutes) et par la chaleur sèche (160° C pendant au moins 1 heure).
Résistance élevée dans le milieu extérieur : carcasses et organes : 135 jours ; pâture ombragée : 35 jours ; lisier : 8 mois ; eau à 20° C : 2,5 mois ; laine en entrepôt : 4 mois. Produits laitiers : plusieurs jours dans du lait même fermenté, plusieurs semaines dans le fromage ; viande congelée : plusieurs mois et dans le sang conservé à + 4 °C pendant 180 jours.

Infectiosité :

Pathogénicité variable selon espèce et biovars.
Infectiosité importante (10 à 100 bactéries en inhalation).

 
 

 Données épidémiologiques

Population générale :
Monde : répandue dans le monde entier, 500 000 nouveaux cas par an dans le monde d'après l'OMS.
Anthropozoonose plus fréquente sur le pourtour méditerranéen, les facilités de voyage et d’échange ont étendu la carte géographique.
- pays enzootiques jusqu’à 200 cas/100 000 habitants au Moyen Orient,
- pays indemnes : exemple USA 0,036 cas/100 000 habitants.

France :
Chez l'animal :
* Brucellose bovine : France indemne depuis 2005. Régression majeure depuis les années 1970 (35 % des troupeaux étaient contaminés) grâce aux mesures de prophylaxie vétérinaire.
* Brucellose ovine et caprine : régression, mais cas sporadiques de contaminations croisées avec la faune sauvage.

En 2012, foyer de Brucellose (brucella mélintensis biovar 3) dans un élevage bovin en Haute Savoie (contamination par des bouquetins). Pas de nouveau foyer depuis.

Chez l'homme : le nombre de cas humains déclarés chaque année a connu une régression majeure : de 800 cas en 1978 à une vingtaine de cas entre 2008 et 2011 et 32 cas en 2012.
Les cas surviennent en majorité par ingestion et sont des cas importés (pays du pourtour méditerranéen).

L'année 2012 a été marquée par un cas autochtone - le 1er depuis plus de 10 ans - lié à la consommation d'un produit contaminé en rapport avec la réapparition de la brucellose animale en Haute-Savoie. En revanche, la tendance générale du nombre de cas reste stable.

Milieu professionnel :
Sur les 116 cas déclarés en France entre 2008 et 2012 : 5 cas travaillant ou étant au contact d'animaux (11 %), dont 4 ont été identifiés comme des réactivations anciennes, et 5 cas acquis en laboratoire.

Dans les années 80 environ 250 cas de maladie professionnelle reconnus dans le Régime agricole par an ; actuellement entre 1 et 2 cas par an. Pour le Régime général 65 cas reconnus en maladie professionnelle en 1991 et 1 à 2 cas par an ces dernières années.

 

 Transmission

Mode de transmission : Chez l’animal : provoque essentiellement des avortements. Le germe reste souvent latent et est hébergé par des porteurs sains.
En population générale, le principal mode de transmission est la voie alimentaire.

Pour le milieu professionnel : transmission par contact peau lésée ou par les mains souillées par des produits biologiques infectés (produits d’avortement…) au contact des muqueuses (ORL, conjonctives) et par inhalation d’aérosols (laboratoire et manipulation de produits infectés).

Pas de transmission prouvée interhumaine.

Période de contagiosité :

 

 Maladie

Incubation : 8 à 21 jours en moyenne mais peut être plus longue (jusqu’à 5 mois).

Clinique Souvent asymptomatique.
Forme aiguë septicémique : fièvre ondulante, asthénique, avec sueurs nocturnes, arthralgies, myalgies pendant 15 à 20 jours.
Formes focalisées : ostéoarticulaire surtout (polyarthrite au niveau périphérique ou des sacroiliaques, spondylodiscite), localisation urogénitale (orchi-épididymite, infection ovarienne), localisation cardiaque (endocardite notamment à l'origine de la létalité : 0,6 %), localisation neurologique, atteintes hépatiques…
Rechutes et réactivations possibles.
Forme chronique : évolution supérieure à un an, formes psycho-neurologiques.

Diagnostic : Direct :
Isolement en culture
- hémoculture : bonne sensibilité surtout en phase aiguë,

- autres prélèvements selon forme cliniques (ponction articulaire, LCR…) moins bonne sensibilité.
La culture peut être lente : de quelques jours à quelques semaines.

PCR

Meilleure sensibilité que la culture pour les tissus, meilleure spécificité que les tests sérologiques.

Indirect :

- sérodiagnostic de Wright (agglutination en tube) : technique de référence de l'OMS à partir de sérum de référence titré à 1 000 unités internationales la plus répandue, diagnostic précoce (2e semaine) mais valeur prédictive positive faible (nombreuses réactions croisées) ;

- immunofluorescence indirecte et ELISA : plus sensibles et plus spécifiques, plus tardives, utiles pour formes chroniques.

- test au rose Bengale ou épreuve à l'antigène tamponné (agglutination sur lame) : test qualitatif, sensibilité et spécificité faibles.

Traitement : Il est impératif de mettre en place un traitement rapidement pour éviter les infections chroniques.

Dans les formes aigües plusieurs possibilités :

- Doxycycline + Rifampicine 6 semaines (OMS).
- Doxycycline 6 semaines + (Streptomycine 3 semaines (OMS) ou Gentamicine 7 jours).
- Fluoroquinolone + Rifampicine

Pas de monothérapie.

Femme enceinte : Triméthoprime-Sulfamétoxazole + Rifampicine.

 

 Prévention vaccinale

Pas de vaccin disponible

Pas de vaccination humaine.
Vaccination du cheptel bovin : obligatoire en 1975, interdite en 1984, vaccination des petits ruminants parfois encore pratiquée en PACA.

 

 Caractéristiques de l'immunité

Immunité naturelle : Maladie partiellement immunisante.

Immunité vaccinale : Sans objet.

 

 Populations à risque

Activités exposantes :

Personnels des abattoirs, vétérinaires, éleveurs, bergers… pratique de la vaccination animale (inoculation accidentelle).
Personnels des laboratoires de microbiologie (manipulation des cultures).

Terrain à risque accru d'acquisition :  Pas de terrain particulier.

Terrain à risque accru de forme grave : Personnes atteintes de valvulopathies. Pas de gravité particulière chez l’immunodéprimé.

Grossesse : - Femme enceinte : la brucellose peut être responsable d’avortements, d’accouchement prématuré et de mort in utero.

- Enfant à naître : pas de malformation, série de 41 patientes traitées : sur 36 enfants connus, 33 étaient indemnes et 3 nés prématurément avec 2 décès.

 
 

Que faire en cas d'exposition ? > retour au sommaire

 Définition d'un sujet exposé

Sujet au contact d’animaux infectés (vétérinaires, éleveurs, bergers, personnels d’abattoirs) ou ayant consommé des produits laitiers crus non surveillés (voyageurs).

NB : Risque après inoculation accidentelle d’une souche vaccinale.
Exposition au laboratoire : cf. chap correspondant.

 

 Conduite à tenir immédiate

Nettoyage des zones et plaies contacts.

 

 Evaluation du risque

Source : animaux malades.

Produit : produits d’avortements, produits laitiers crus.

Type d'exposition : contact cutanéo-muqueux, inhalation, ingestion.

Sujet exposé :

Immunité : RAS.

Risques particuliers : femme enceinte.

 

 Mesures prophylactiques

Pas de traitement prophylactique sauf dans le cas particulier de l’exposition laboratoire (cf. chap spécifique).

 

 Suivi médical

Répéter le sérodiagnostic de Wright sur 3 mois minimum.

 

 Conseils

Pour l'entourage du sujet :

Pas de contamination inter-humaine.

En cas de grossesse :


Après avis spécialisé, traitement prophylactique éventuel : triméthoprime-sulfamétoxazole pendant 3 semaines et suivi particulier de la grossesse.

 

 Démarche médico-légale

Déclaration obligatoire : Oui, consultez le site de l'INVS

Réparation :

- au titre d'un Tableau de maladies professionnelles :
   Régime général : n° 24
   Régime agricole : n° 6
Consultez la base de données Tableaux de maladies professionnelles. Guide d'accès et commentaires
- maladies hors tableau et fonction publique : selon expertise

 

 Texte de référence

Pas de texte de référence.

 

Cas particulier du laboratoire > retour au sommaire

 Epidémiologie du risque en laboratoire

Cas en laboratoire d'analyses (médicales, vétérinaires...) publiés depuis 1985 :

5 cas travaillant en laboratoire entre 2008 et 2012. De nombreuses publications dans les années 90, plus de 90 cas entre 1985 et 2005. La transmission se fait par aérosols, le plus souvent à partir des hémocultures, lors de la mise en culture ou de la manipulation pour antibiogramme. Quelques cas ont été décrits par inoculation par voie cutanée.

Cas en laboratoire de recherche publiés depuis 1985 :

1 cas publié depuis 1985.

Cas historiques (publiés avant 1985) :

Une des pathologies les plus fréquentes en laboratoire avec la tuberculose et les salmonelles.

 

 Spécificité de l'évaluation du risque

Source : Produit biologique : cultures particulièrement en milieu liquide. Type d'exposition : manipulation au laboratoire sans précaution, notamment en dehors d’un Poste de Sécurité Microbiologique (contact cutanéo-muqueux, inhalation d’aérosols, « sniffing » des cultures, inoculation accidentelle).

 

 Incidence sur la conduite à tenir et prophylaxie

Certains proposent un traitement prophylactique après inoculation accidentelle ou manipulation au laboratoire sans précaution : association Doxycycline + Rifampicine 3 semaines.

 

Eléments de référence  > retour au sommaire

 Centre national de référence :

Centre National de référence Brucella
CNR Coordonnateur
Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES)
Laboratoire de santé animale de Maisons-Alfort
Unité zoonoses bactériennes
23 avenue du Général De Gaulle
Nom du resposable : Dr Bruno GARIN-BASTUJI
Tél. : 01 49 77 46 23
Fax : 01 49 77 13 44
Email : bruno.garin-bastuji@anses.fr

CNR Laboratoire associé
INSERM U1047
Université Montpellier - UFR médecine
186 chemin du carreau de lanes
30908 NIMES CEDEX 2
Nom du responsable : David O'CALLAGHAN
Tél. : 04 66 02 81 46
Fax : 04 66 02 81 48
Email : davis.ocallaghan@univ-montp1.fr

 Bibliographie

Textes de référence :

Pas de texte de référence.

Autres documents :

Brucellose. InVS, 2013 (http://www.invs.sante.fr/fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Zoonoses/Brucellose).

Etude sur les brucelloses humaines en France métropolitaine, 2002-2004. InVS ; 2007 (www.invs.sante.fr/publications/2007/brucelloses_2002_2004/index.html).

Brucellose. In : Launay O, Piroth L, Yazdanpanah Y (Eds) - E. Pilly 2012. Maladies infectieuses et tropicales. 23ème édition. Paris : Vivactis Plus ; 2012 ; 292-94, 607 p.

Acha PN, Szyfres B - Zoonoses et maladies transmissibles à l'homme et aux animaux. Volume 1 : bactéries et mycoses. 3e édition. Paris : Office international des épizooties, Organisation mondiale de la santé animale ; 2005 : 382 p.

Maurin M - La brucellose à l’aube du 21e siècle. Méd Mal Infect. 2005 ; 35 (1) : 6-16.

Pappas G, Akritidis N, Bosilkovski M, Tsianos E - Brucellosis. N Engl J Med. 2005 ; 352 (22) : 2325-36.

Bibliographie spécifique aux laboratoires :

Robichaud S, Libman M, Behr M, Rubin E - Prevention of laboratory-acquired brucellosis. Clin Infect Dis. 2004 ; 38 (12) : 119-22.

Maley MW, Kociuba K, Chan RC - Prevention of laboratory-acquired brucellosis. Clin Infect Dis. 2006 ; 42 (3) : 433-34.

 

Mise à jour de la fiche : Décembre 2013 > retour au sommaire

logo de l'INRS
logo du GERES