Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Sanitaire et social : réduire la charge physique de travail (rubrique sélectionnée)

Sanitaire et social : réduire la charge physique de travail

Une nouvelle publication de l’INRS

L’INRS publie une nouvelle brochure : Méthode d’analyse de la charge physique de travail pour le secteur sanitaire et social (ED 6291). Trois questions à Laurent Kerangueven, expert en prévention des troubles musculo-squelettiques à l’INRS.

A qui s’adresse cette brochure ?

Elle s’adresse aux acteurs du secteur sanitaire et social (Ehpad, hôpital, clinique, aide à domicile…) qui mettent en place une démarche de prévention des risques liés à la charge physique de travail. Elle s’appuie sur une méthode qui se déroule en quatre phases et mise en œuvre par une équipe pluridisciplinaire composée de la direction et des acteurs concernés par la problématique : le salarié, son encadrement, le CHSCT, la personne ressource en prévention…

Quelles sont les différentes phases  de cette méthode ?

La première consiste à repérer les situations de travail présentant des risques liés à la charge physique. Ces situations de travail sont ensuite hiérarchisées grâce à une grille d’identification renseignée par les salariés concernés sur la base de leur ressenti. Lors de la deuxième étape, les situations jugées prioritaires sont analysées de manière approfondie autour de cinq indicateurs : les efforts physiques, le dimensionnement, les caractéristiques temporelles, les caractéristiques de l’environnement et l’organisation. La troisième phase consiste en une recherche de pistes de prévention et à l’élaboration d’un plan d’actions. Enfin, la dernière phase consiste à évaluer les actions mises en œuvre à court, moyen et long terme.

Comment trouver des idées d’actions de prévention ?

Pour aider les entreprises à élaborer leur plan d’actions et à aller au bout de la démarche, la brochure propose des pistes de prévention adaptées aux spécificités du secteur. Différentes actions sont proposées avec la perspective d’agir en phase de conception ou en cours d’activité pour améliorer l’existant. Les actions retenues doivent s’appuyer sur les actions prioritaires mises en évidence lors de l’analyse menée lors de la deuxième phase  et doivent tenir compte des dimensions organisationnelles, techniques et humaines.

En savoir plus

Mis à jour le 08/09/2017