Acces rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Le formaldéhyde, une substance omniprésente et dangereuse (rubrique sélectionnée)

Le formaldéhyde, une substance omniprésente et dangereuse

Des effets graves sur la santé en cas d’exposition massive ou répétée

Le formaldéhyde, appelé aussi aldéhyde formique, a des utilisations très variées. Il peut être également émis par une activité ou un procédé et donner lieu ainsi à des expositions dans de nombreux secteurs d’activités. Or, c’est une substance dangereuse pour la santé. Produisant des effets irritants voire corrosifs, elle peut être à l’origine d’allergies cutanées ou respiratoires. Cette substance devrait être classée comme cancérogène avéré par l’Union européenne à partir de 2015.

À température ambiante, le formaldéhyde est un gaz incolore d’odeur piquante et suffocante. Très réactif et facilement polymérisable, il est avant tout utilisé en solution aqueuse (formol : solution aqueuse de formaldéhyde additionnée de méthanol) ou sous forme solide (trioxane, paraformaldéhyde).

Une substance omniprésente

Le formaldéhyde est omniprésent dans l’environnement. En effet, il se dégage lors de la combustion de matières organiques (incinération de déchets, combustion incomplète de carburants, tabagisme…), mais aussi lors de nombreux processus naturels (décomposition des résidus végétaux dans le sol, feux de forêts, oxydation des hydrocarbures dans la troposphère, métabolisme de nombreux organismes vivants…).

En raison de sa polyvalence et de sa grande réactivité, le formaldéhyde est utilisé dans des secteurs professionnels variés.

Ses propriétés biocides lui ont conféré une large utilisation en tant que désinfectant et conservateur. Son utilisation en tant que biocide a été cependant fortement restreinte au cours des années : les applications résiduelles se trouvent essentiellement dans le domaine médical, vétérinaire et agricole.

Le formaldéhyde est employé en tant qu’intermédiaire de synthèse dans l’industrie chimique. Il sert également à la fabrication de résines qui entrent elles-mêmes dans la composition d’adhésifs ou de liants pour des applications très diverses : métiers du bois, fonderie, bâtiment, fabrication de revêtements de surface, industrie du textile et du cuir, industrie papetière…

Des effets graves sur la santé en cas d’exposition massive ou répétée

Les solutions concentrées de formaldéhyde sont corrosives pour la peau et les yeux. Diluées, elles sont irritantes pour la peau et très irritantes pour les yeux et les muqueuses. Une exposition massive aux vapeurs de ces solutions peut entraîner de graves lésions des voies respiratoires.

Le formaldéhyde peut également provoquer des allergies cutanées et respiratoires (eczéma, rhinite et asthme). Par ailleurs, des études ont montré qu’une exposition répétée à de fortes doses de formaldéhyde peut entraîner l’apparition de cancers nasopharyngés. Des leucémies ont également été décrites lors d’exposition à cette substance.

D’un point de vue réglementaire, les activités exposant au formaldéhyde sont considérées comme cancérogènes en France. Dans l’Union Européenne, le formaldéhyde devrait être classé cancérogène avéré (catégorie 1B) à partir de 2015, suite à l’adoption en décembre 2013 de la 6e adaptation au progrès technique (ATP) du règlement 1272/2008 dit « CLP ».

Prévenir l’exposition

Du point de vue de la prévention des risques professionnels, ce sont les règles relatives aux agents chimiques CMR qui doivent s’appliquer.  Ainsi, lorsque l’évaluation des risques met en évidence un risque d’exposition au formaldéhyde, la suppression ou la substitution du produit ou du procédé émissif doit être recherchée en priorité (se reporter aux fiches d’aide à la substitution établies pour le formaldéhyde : FAS 5, FAS 6, FAS 10 et FAS 32).

Quand la substitution s’avère techniquement impossible, une manipulation en système clos est à préférer. À défaut, il est nécessaire de mettre en œuvre des moyens de protection collective, tels que le captage à la source des émissions (opérations menées à l’intérieur d’enceintes ventilées, par exemple). Le recours à des équipements de protection individuelle (EPI) ne doit être envisagé qu’en complément ou si la mise en place de moyens de protection collective est impossible ou insuffisante.

 

Mis à jour le 06/03/2014