Déchets amiantés issus du BTP

Éliminer sans risques ces déchets dangereux

Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères

Envoyer à un ami

Imprimez la page

Ajouter à ma sélection

Contacter l'INRS

Déchets amiantés

Comment protéger la santé des travailleurs chargés de stocker, transporter et traiter les déchets amiantés issus du BTP ? À chaque étape, la prévention des risques a un objectif prioritaire : éviter la libération de fibres dans l’air respiré par les travailleurs. Rappelons que le traitement de ces déchets amiantés ne peut être que de l’inertage ou de l’enfouissement. Le recyclage de ces déchets est interdit.

Les travailleurs du BTP peuvent être exposés aux poussières d’amiante au cours des activités de désamiantage mais aussi des interventions sur matériaux amiantés, des opérations de terrassement sur terrain amiantifère, ou de la gestion des déchets correspondants. Même à des concentrations faibles, les fibres d'amiante sont susceptibles de provoquer des maladies, dont des cancers. Tous les déchets d’amiante sont classés dangereux.

La première mesure de prévention vise, quand cela est possible, à réduire l’émission de fibres d’amiante à la source.

Différentes sortes de déchets d’amiante

On distingue généralement :

  • les déchets d'amiante lié : l'amiante est lié à un support inerte (ciment, plastique, revêtement routier…) qui, à moins d’être réduit en débris, laisse échapper très peu de fibres,
  • les déchets d'amiante libre : ce sont notamment les déchets de matériaux friables, seuls ou mélangés, les déchets de matériels et d’équipements (sacs d’aspirateurs, bâches, films, chiffons, EPI), les poussières, débris, boues pouvant contenir de l’amiante.

La brochure « Exposition à l'amiante lors du traitement des déchets » précise les filières d’élimination des déchets amiantés en fonction de leur classement réglementaire. Quelle que soit la nature du déchet, dès lors qu’il contient de l’amiante, son recyclage et sa valorisation sont strictement interdits.

Organisation à prévoir pour la gestion de ces déchets

L’entreprise doit appliquer les dispositions réglementaires existantes concernant les déchets qu’elle produit ou détient, car elle en est responsable. Elle doit impérativement disposer, avant même le démarrage des travaux, d’un certificat d’acceptation préalable (CAP) de l’installation de stockage des déchets ou de traitement par vitrification pour chaque catégorie de déchet amianté que son activité va produire. Un bordereau de suivi des déchets contenant de l’amiante (BSDA) accompagne chaque lot depuis son lieu de production jusqu’à son élimination finale.

À toutes les étapes de la gestion de ces déchets, la manutention des déchets doit être organisée de façon à éviter la libération de fibres. L’utilisation de moyens adaptés d’aide à la manutention ou au levage est à rechercher. Le nettoyage des surfaces, outils, engins, véhicules sera effectué par humidification et aspiration avec du matériel adapté (soufflettes à proscrire). Les salariés doivent être informés des risques qu’ils encourent et formés aux moyens de prévention (modes opératoires, EPI, règles d’hygiène).

Conditionnement des déchets dès leur production

Quel que soit le type de déchets (amiante lié ou libre), l’entreprise doit les conditionner dans des emballages fermés étanches et portant l’étiquetage réglementaire amiante. Ces emballages doivent être décontaminés extérieurement (par lavage notamment), avant d’être entreposés ou transportés pour traitement.

Mesures à prévoir pour le conditionnement des déchets amiantés

Amiante lié
  • Canalisations : conditionnées en racks (de taille supérieure ou égale aux canalisations), filmées et scotchées
  • Plaques : palettisées (sur des palettes plus grandes que les plaques à stocker) et filmées de façon étanche
  • Vrac : mise en big-bag avec double sac étanche
Amiante libre
Dans un double sac étanche lui-même placé dans un emballage supplémentaire (big-bag), scellé et numéroté

Entreposage temporaire et transport

Qu’il s’agisse d’amiante lié ou libre, l’entreprise doit entreposer ces déchets dans une zone isolée, signalisée, close et surveillée. Leur transfert est à effectuer dès que possible vers un centre de traitement adapté.

Si le transport est confié à un transporteur extérieur, un protocole de sécurité doit être établi. 

Mesures à prévoir pour le transport des déchets amiantés

Amiante lié
Emballage et conditionnement évitant la libération de fibres pendant la manutention, le transport et le déchargement
Amiante libre
Respect du règlement transport des matières dangereuses par route (TMDR)

Élimination des déchets

Les déchets doivent être confiés à des centres de traitement autorisés, après demande d’un certificat d’acceptation préalable. Le traitement va dépendre de la nature des déchets amiantés.

Traitement des déchets amiantés

Amiante lié
Selon la nature du liant, inertage ou enfouissement dans une installation de stockage adaptée
Amiante libre
Inertage ou enfouissement dans une installation de stockage de déchets dangereux (classe 1)

Quelle prévention dans les déchetteries et les centres de traitement ?

Dans les déchetteries acceptant certains déchets amiantés et dans les installations de stockage, l’évaluation des risques menée par l’employeur doit permettre d’identifier les étapes de travail et zones de travail présentant des risques d’exposition.

Principales mesures de prévention dans les déchetteries et les centres de traitement des déchets amiantés

  • Information préalable du public sur les conditions d’acceptation des déchets amiantés
  • Mesures permettant d’éviter la dispersion des fibres : examen de l’intégrité des emballages à la réception, manutention et dépose avec précaution des déchets, emballages des déchets dans des bennes réservées aux déchets d’amiante lié, dépose des déchets sur l’alvéole de stockage signalée
  • Isolement des zones à risques
  • Nettoyage des zones et des matériels (dont EPI)
  • Recouvrement de la zone de stockage « à l’avancement » avec des matériaux inertes
  • Mise en place de procédures en cas de dispersion accidentelle de fibres (mise à disposition d’eau à proximité)
  • Information et formation des personnels concernés (y compris les gardiens)
  • Fourniture d’EPI adaptés : masques FFP3 pour les travaux de très courte durée, masque complet à ventilation assistée, combinaison, gants étanches, bottes de sécurité…
  • Mesures d’hygiène : installations sanitaires adaptées, douches  

Mis en ligne le 04 novembre 2011

Haut de page

Page extraite du site www.inrs.fr Copyright © INRS