Accueil > Risques > Psychosociaux > Stress au travail > Effets sur la santé

Effets du stress au travail sur la santé

Prévenir les conséquences du stress chronique

Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères

Envoyer à un ami

Imprimez la page

Ajouter à ma sélection

Contacter l'INRS

Hypertension, nervosité, fatigue, dépression… L’état de stress n’est pas une maladie en soi mais lorsqu’il est intense et qu'il dure, il peut avoir des effets graves sur la santé morale et physique des travailleurs concernés.

L’état de stress aigu correspond à une réaction de notre organisme face à une situation stressante ponctuelle (prise de parole en public, situation inattendue, changement de poste…). Quand cette situation prend fin, les symptômes cessent généralement peu de temps après. L’état de stress chronique est, lui, une réponse de notre corps à une situation stressante qui dure. Il peut avoir des effets néfastes pour la santé.

Symptômes dus à un état de stress chronique

  • Symptômes physiques : douleurs (coliques, maux de tête, douleurs musculaires, articulaires, etc.), troubles du sommeil, de l'appétit et de la digestion, sueurs inhabituelles…
  • Symptômes émotionnels : sensibilité et nervosité accrues, crises de larmes ou de nerfs, angoisse, excitation, tristesse, sensation de mal-être…
  • Symptômes intellectuels : perturbations de la concentration (erreurs, oublis) difficultés à prendre des initiatives…

Ces symptômes ont des répercussions sur les comportements : consommation de produits calmants ou excitants (café, tabac, alcool, somnifères, anxiolytiques…), modification des conduites alimentaires, comportements violents et agressifs, repli sur soi, difficultés à coopérer…

Le stress peut augmenter la consommation de tabac ou de produits excitants comme le café.

Le stress peut augmenter la consommation de tabac
ou de produits excitants comme le café

 

Pathologies associées au stress

Si la situation stressante se prolonge, les symptômes s’installent ou s’aggravent, entraînant des altérations de la santé qui peuvent, dans certains cas, devenir irréversibles.

Le syndrome métabolique associe obésité abdominale, résistance à l'insuline (qui peut évoluer vers un diabète), hypertension artérielle et perturbations du métabolisme des lipides (cholestérol, triglycérides…). C’est un important facteur de risque de maladies cardiovasculaires. Les salariés exerçant une activité professionnelle avec peu de marge de manœuvre y sont plus fréquemment exposés. Il en va de même pour ceux qui ont un travail avec de fortes exigences et ces faibles marges de manœuvre (situations de « job strain » de Karasek)

Les troubles musculo-squelettiques du membre supérieur et de la partie supérieure du dos sont fréquemment associés à une combinaison de facteurs : sollicitations biomécaniques dues à des mouvements répétitifs, mais aussi manque de soutien social ou insatisfaction dans le travail.

La dépression est plus fréquente quand la situation de travail cumule forte exigence de productivité, faible marge de manœuvre et manque de soutien social (absence d’aide de la part des collègues ou de l’encadrement). Les troubles anxieux sont également plus fréquents en cas de situations stressantes prolongées. Il arrive parfois que des dépressions sévères évoluent vers des tendances suicidaires.

Les états de stress de longue durée peuvent induire d’autres problèmes de santé comme la diminution de la résistance aux infections, des maladies immuno-allergiques, des ulcères gastroduodénaux, des désordres hormonaux ou certaines pathologies de la grossesse (prématurité), problèmes de fertilité…

Mis en ligne le 04 novembre 2011

Haut de page

Page extraite du site www.inrs.fr Copyright © INRS