Effets des champs électromagnétiques sur la santé

Des effets avérés ou supposés

Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères

Envoyer à un ami

Imprimez la page

Ajouter à ma sélection

Contacter l'INRS

Les effets des champs électromagnétiques sur l’organisme peuvent être directs : réactions cutanées, malaises, troubles visuels… Ils peuvent être indirects, en provoquant des blessures ou en aggravant une situation de travail dangereuse : projection d’objets ferromagnétiques, déclenchement d’une explosion ou d’un incendie... La survenue de tels effets à court terme est réduite par le respect des valeurs limites et des bonnes pratiques de prévention.

Pour une très large gamme d’intensités, les champs électromagnétiques peuvent avoir des effets, directs ou indirects, sur la plupart des systèmes physiologiques. Ils peuvent également perturber le fonctionnement des implants médicaux actifs comme les pacemakers.

Effets directs des champs statiques, électriques ou magnétiques

Les champs électriques statiques peuvent provoquer des réactions cutanées. En effet, ils induisent au niveau de la peau des personnes exposées une modification de la répartition des charges électriques. Cette modification est perceptible surtout au niveau des poils et des cheveux (seuil de perception : 10 kV/m, seuil de sensations désagréables : 25 kV/m).

Les champs magnétiques statiques peuvent être à l’origine :

  • d’une modification de l’électrocardiogramme (ECG),
  • de malaises (nausées, vertiges, goût métallique, perception de taches lumineuses) en cas d’exposition à un champ magnétique statique de très grande intensité (supérieur à 2 t).

Effets directs dus aux courants induits

Ces effets sont fonction de la densité de courant induit.

Effets dus aux courants induits en fonction de leur densité (valeur efficace en mA/m2)

  • Inférieure à 10 : pas d’effet connu sur la santé
  • De 10 à 100 : effets visuels et nerveux, soudure des os
  • De 100 à 1 000 : stimulation des tissus excitables
  • Supérieure à 1 000 : fibrillation

Cancérogénicité des champs basse fréquence

Sur la base de plusieurs études épidémiologiques mettant en évidence un risque accru de leucémie chez des enfants vivant à proximité de lignes à haute tension, le CIRC a classé les champs électromagnétiques basse fréquence (inférieur à 100 kHz) comme possiblement cancérogènes pour l’homme (catégorie 2B). Cependant, il n’a pas été possible à ce jour d’établir un lien de causalité entre les expositions incriminées et l’apparition de leucémies.

De manière générale, les études sont insuffisantes pour conclure définitivement sur le caractère cancérogène ou non des champs électromagnétiques basse fréquence.

Effets visuels

Des personnes soumises à un champ magnétique variable (autour d’une fréquence de 20 Hz et au-dessus d’un seuil d’intensité de 10 mT) ressentent parfois des troubles visuels, caractérisés par la perception de taches lumineuses appelées magnétophosphènes.

Hyperthermie due aux champs haute fréquence

Lors de l’exposition à un champ haute fréquence (supérieur à 100 kHz), l’énergie absorbée par les tissus biologiques peut entraîner une augmentation de la température du corps entier (hyperthermie) ou d’une région. Cependant, le corps humain est capable, jusqu’à un certain point, de lutter contre cet échauffement par la thermorégulation.

L’exposition accidentelle à de fortes puissances peut entraîner des brûlures superficielles ou profondes.

Effet auditif aux très hautes fréquences

Certaines personnes peuvent percevoir des micro-ondes pulsées, spécifiques aux très hautes fréquences (de 0,4 à 6,5 GHz). Cette sensation est souvent décrite comme un « clic ».

Hypersensibilité électromagnétique et symptômes non spécifiques

Quel que soit le type de champ électromagnétique, certaines personnes se plaignent de symptômes non spécifiques tels qu’asthénie physique ou musculaire voire douleurs musculaires, fatigue, pertes de mémoire ou apathie contrastant avec une irritabilité anormale, troubles du sommeil, maux de tête, vertiges, malaise… L’inquiétude vis-à-vis de ce risque peut elle-même induire des effets sans rapport avec le risque réel.

Pour ces symptômes, non spécifiques et réversibles (également appelés syndrôme d'intolérance environnementale), il est difficile d’affirmer le rôle de l’exposition aux champs électromagnétiques, qu’elle soit environnementale ou professionnelle.

L’Homme ne réagit pas de manière uniforme lorsqu’il est exposé à un champ électromagnétique. Il est indubitable qu’une exposition de courte durée à des champs électromagnétiques très intenses peut être dangereuse pour la santé. Les craintes qui se manifestent concernent surtout les éventuels effets à long terme que pourrait avoir une exposition à des champs électromagnétiques d’intensité inférieure au seuil d’apparition de réactions biologiques aiguës.

Les utilisateurs de téléphones portables sont exposés à des champs dont l’intensité est beaucoup plus élevée que dans l’environnement normal. Toutefois, il n’a pas été démontré que l’intensité de ces champs, si élevée qu’elle soit, produise un effet sanitaire. De nombreuses incertitudes scientifiques demeurent et il est recommandé d’avoir une utilisation raisonnable et maîtrisée du téléphone mobile.

Effets indirects

Les champs électromagnétiques peuvent être à l’origine d’effets indirects susceptibles de provoquer des dommages sur l’homme, d’être à l’origine d’un incident ou d’un accident, ou d’aggraver une situation de travail dangereuse.

Il peut s’agir :

  • du déclenchement d’une explosion ou d’un incendie du fait d’un arc électrique,
  • d’un dysfonctionnement de systèmes comprenant de l’électronique.

Les effets indirects spécifiques aux basses fréquences sont dus aux courants de contact lorsqu’une personne et des objets métalliques se trouvant dans le champ rentrent en contact. Les effets apparaissent à partir de certains seuils dépendant de leur fréquence, qui peuvent se traduire par une simple sensation tactile, jusqu'au au choc douloureux.

Par exemple :

  • Fréquence de 50/60Hz : sensation tactile à 0,2-0,4 mA, sensation douloureuse au contact avec le doigt à 0,9-1,8 mA, choc douloureux/seuil de relaxation musculaire à 8-16 mA et choc sévère/difficulté à respirer à 12-23 mA
  • Fréquence de 100 kHz : sensation tactile à 25-40 mA, sensation douloureuse au contact avec le doigt à 33-55 mA, choc douloureux/seuil de relaxation musculaire à 112-224 mA et choc sévère/difficulté à respirer à 160-320 mA

Effets sur les implants médicaux

Les implants passifs (broches ou plaques par exemple) réalisés dans des matériaux métalliques peuvent donner lieu à une aimantation ou une sensation d’échauffement désagréable (liée aux courants induits dans le matériau métallique). Sous l’effet de champs magnétiques statiques intenses, le risque est alors le déplacement de l’implant par attraction.

Les implants actifs (stimulateur cardiaque, défibrillateur, stimulateurs neurologiques, valves neurologiques, prothèses auditives, pompes à insuline) peuvent subir des dysfonctionnements électriques et/ou électroniques (déprogrammation, reprogrammation, arrêt, stimulation ou inhibition inappropriés).

Effets sur la grossesse

À ce jour, aucun effet sanitaire lors de la grossesse n’a pu être mis en évidence chez la femme exposée aux champs électromagnétiques. Les quelques études menées sur l’exposition du fœtus ne sont pas concluantes et doivent être poursuivies.

Mis en ligne le 05 novembre 2012

Haut de page

Page extraite du site www.inrs.fr Copyright © INRS