Presses à travailler les métaux à froid

Machine sécurisée, main sauvée !

Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères

Envoyer à un ami

Imprimez la page

Ajouter à ma sélection

Contacter l'INRS

Presse mécanique

Une main écrasée ou des doigts coupés : c’est le risque d’accident le plus fréquent pour qui utilise une presse sans précaution. Le fabricant doit intégrer la sécurité dès la conception de la machine. L’employeur est tenu d’assurer la sécurité des travailleurs qui emploient ces machines pour le travail à froid des métaux. Pour ce faire, il doit prévenir tous les risques en mettant en place une organisation du travail adaptée et en aménageant les postes de travail.

Les presses à travailler les métaux à froid, qu’elles soient mécaniques, hydrauliques ou pneumatiques, sont généralement utilisées pour la découpe ou l’emboutissage de métaux en feuilles, dans des secteurs variés tels que l’industrie automobile ou la fabrication d’ustensiles de cuisine par exemple. Les presses plieuses hydrauliques sont notamment utilisées dans la fabrication du mobilier métallique et dans la chaudronnerie.

L’utilisation de ces machines est à l’origine d’accidents graves (écrasement voire mutilation des doigts ou des mains), dus essentiellement à l’introduction des membres supérieurs dans la zone de travail du métal.

Logique générale de prévention

Afin d’assurer la sécurité des travailleurs et des conditions de travail optimales, l’employeur doit mettre en place une démarche de prévention respectant les principes généraux de prévention du Code du travail. Les mesures à prévoir portent notamment sur :

  • une prise en compte de la sécurité dès la conception des presses,
  • une organisation du travail et des procédés de fabrication,
  • un aménagement du poste de travail,
  • la formation et l’information des utilisateurs.

Intégration de la sécurité à la conception

Le fabricant doit procéder à l’appréciation des risques inhérents à chaque machine qu’il produit. Au cours de ce processus, il convient notamment de prendre en compte l’usage prévu de la presse, les interventions nécessaires des opérateurs tant en production qu’en maintenance, ainsi que la protection des tierces personnes.

Différentes mesures de protection permettent de sécuriser les machines, parmi lesquelles :

  • des dispositifs de protection des faces habituellement occupées par des opérateurs (barrages immatériels multifaisceaux permettant de détecter tout ou partie du corps humain pénétrant dans la zone dangereuse, scrutateurs lasers…),
  • des protecteurs fixes ou mobiles pour les faces nécessitant un accès moins fréquent,
  • pour la face avant des presses plieuses, des dispositifs à faisceaux laser ou une mesure de réduction des risques par limitation de la vitesse de fermeture des outils et une commande par action maintenue sur une pédale à 3 positions.

Les systèmes de commande des presses doivent être conçus pour que les performances des fonctions de sécurité qu’ils traitent soient en accord avec le niveau des risques à couvrir. Les presses mettent en œuvre plusieurs types de technologies qu’il faut absolument maîtriser lors des phases de conception des machines neuves ou de modification des machines en service.

Les évolutions majeures concernent surtout la technologie électrique / électronique / électronique programmable. Si de nombreux systèmes sont encore conçus à base de composants électromécaniques, la tendance est à l’usage de plus en plus fréquent d’automates programmables industriels dédiés à la sécurité (APIDS), de composants de sécurité paramétrables tels que des blocs logiques de sécurité, et de variateurs de vitesse. Les fabricants de ces matériels doivent fournir les caractéristiques de sécurité correspondantes. Enfin, les logiciels ayant à gérer des fonctions de sécurité doivent être développés avec méthode et rigueur.

Liste des normes pouvant aider à la conception des presses

  • Presses mécaniques : NF EN 692
  • Presses hydrauliques : NF EN 693
  • Presses plieuses hydrauliques : NF EN 12622
  • Presses pneumatiques : NF EN 13736

Organiser le travail lors de l'utilisation

Mettre en place une organisation du travail bien pensée, c’est :

  • former et informer les opérateurs sur l’utilisation de la machine, les risques et les moyens de prévention spécifiques,
  • associer les opérateurs aux choix techniques et d’organisation du travail et les sensibiliser aux nouvelles méthodes de travail.

Spécificités d’organisation pour les presses plieuses

  • Prendre en compte dès la conception de la machine, les méthodes de fabrication en sécurité
  • Limiter l’usage de la machine à ce qui est strictement impossible à réaliser sur une autre machine
  • Affecter chacun des types de pièces à réaliser à un type de presse  

Aménager les postes de travail pour les opérateurs

Pour permettre à l’opérateur de travailler facilement et en toute sécurité, il existe des solutions simples, par exemple :

  • utiliser tous les moyens permettant d’éloigner les mains de l’opérateur des zones dangereuses,
  • éviter la pénibilité des opérations en utilisant des chargeurs ou distributeurs d’outils notamment,
  • veiller à la propreté de la machine et tenir son environnement propre,
  • aménager un espace suffisant pour faciliter les opérations de réglage, de production et de maintenance,
  • porter des équipements de protection individuelle (gants et chaussures de sécurité),
  • favoriser les postures de travail qui réduisent les efforts à exercer et prévoir des pauses,
  • pour les presses plieuses, rendre impossible et interdire le réglage des butées arrière depuis la face avant.

Maintenir en état les moyens de protection

Une presse mécanique dont les protecteurs sont détériorés, le système de freinage usé ou le silencieux d’électrovanne colmaté par exemple, est génératrice de risque pour les opérateurs ou les tierces personnes. Il en est de même pour une presse hydraulique dont le circuit comporte des fuites ayant pour conséquences de laisser se produire des mouvements dangereux ou de dégrader les performances d’arrêt. Une presse plieuse dont le capotage de la pédale de commande est dégradé est sujette à des commandes de cycles non volontaires. Ces quelques exemples montrent l’intérêt de maintenir les moyens de protection en bon état.

De son côté, le Code du travail impose que les équipements de travail et les moyens de protection soient maintenus de manière à préserver la sécurité et la santé des travailleurs.

Différentes mesures permettent d’atteindre cet objectif :

  • La maintenance : elle doit être réalisée de manière préventive suivant notamment les périodicités préconisées par le fabricant de la machine. Elle peut être corrective pour réparer ou remplacer des parties dégradées ou usées prématurément.
  • Les vérifications périodiques, qui sont rendues obligatoires par le Code du travail pour certaines presses, dont les presses plieuses.

Mis en ligne le 19 septembre 2011

Haut de page

Page extraite du site www.inrs.fr Copyright © INRS